La justice américaine poursuit Google pour atteinte au droit de la concurrence

À l’instar de ses concurrents, Google est dans le collimateur des autorités américaines depuis plusieurs années.
Photo: Jeff Chiu Archives Associated Press À l’instar de ses concurrents, Google est dans le collimateur des autorités américaines depuis plusieurs années.

Le département américain de la Justice a engagé mardi des poursuites contre Google pour atteinte au droit de la concurrence dans le but de préserver son monopole dans le domaine de la recherche et des annonces publicitaires en ligne. Les autorités américaines réclament ainsi des changements « structurels » dans la compagnie, ce qui pourrait ouvrir la voie à un démantèlement du groupe.

Le département de la Justice (DoJ) et onze États américains, en majorité républicains dont le Texas et la Floride, cherchent à empêcher Google de « conserver des monopoles illégaux sur les marchés pour les services généraux de recherche, les recherches publicitaires et les recherches générales pour les annonces publicitaires aux États-Unis », selon le document judiciaire consulté par l’AFP.

La plainte a été déposée auprès d’un tribunal fédéral de Washington.

Ces poursuites représentent la plus importante action judiciaire menée en plus de 20 ans par le gouvernement fédéral américain à l’encontre de l’un des géants de la « Big Tech » américaine. Contacté par l’AFP, le département de la Justice n’a pas souhaité commenter.

Google a qualifié sur Twitter cette action judiciaire de « profondément viciée ».

Le géant des technologies avait écopé d’une amende de 4,3 milliards d’euros (environ 6,7 millions de dollars canadiens) en 2018 de la part des autorités européennes de la concurrence pour pratiques déloyales dans l’écosystème mobile Android, afin de renforcer sa position dominante, notamment dans le domaine de la recherche sur Internet.

À l’instar de ses concurrents Amazon, Facebook et Apple, Google est dans le collimateur des autorités américaines depuis plusieurs années.

Diverses enquêtes ont été lancées contre les GAFA par des agences fédérales, des commissions parlementaires ainsi que les procureurs de la quasi-totalité des États américains.

Au niveau politique, ces groupes s’attirent les foudres aussi bien des élus conservateurs, qui les accusent de partialité, que des élus progressistes, qui s’inquiètent des atteintes au droit de la concurrence et du renforcement des inégalités causés par la « Big Tech ».

Le sénateur républicain du Missouri Josh Hawley, très critique à l’encontre des GAFA, s’est réjoui des poursuites attendues du gouvernement américain, affirmant qu’il s’agirait « du procès pour abus de position dominante le plus important en une génération ».

À voir en vidéo