Le chef du Sénat veut voter un plan de relance avant l’élection

Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell
Photo: Reynolds Stefani/Pool/ABACA Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell

Le chef des républicains au Sénat américain veut un nouveau vote sur un plan de relance économique avant l’élection présidentielle du 3 novembre, et accuse les démocrates de bloquer ces aides cruciales devenues une question électorale.

« Lorsque le Sénat reviendra au complet le 19 octobre, notre premier ordre du jour sera de voter à nouveau sur une aide ciblée pour les travailleurs américains », prévoyant notamment un nouveau programme de prêts pour les petites et les moyennes entreprises, a assuré mardi le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, dans un communiqué.

« À moins que les démocrates ne bloquent cette aide aux travailleurs, nous aurons le temps de l’adopter » avant de procéder au vote pour la nomination comme juge à la Cour suprême d’Amy Coney Barrett, a-t-il continué.

« Le peuple américain a besoin que les démocrates arrêtent de bloquer le financement bipartite et nous laissent remettre des fonds » dans les prêts aux petites et aux moyennes entreprises « avant que davantage d’Américains ne perdent inutilement leur emploi », a encore déclaré M. McConnell.

Le président du Sénat avait jugé la semaine dernière « peu probable » qu’un accord soit trouvé avant le 3 novembre. Républicains et démocrates échouent depuis près de trois mois à s’entendre sur de nouvelles mesures.

Le montant total de l’enveloppe est la principale pomme de discorde : les démocrates veulent un plan large, d’au moins 2200 milliards de dollars, mais les républicains privilégient des mesures ciblées, rechignant à dépenser trop.

À mesure que l’échéance électorale approche, le sujet est devenu une question politique, chaque camp craignant que l’autre ne s’attribue le mérite d’un accord.

« STIMULUS ! Voyez grand ou rentrez chez vous ! » a tweeté Donald Trump mardi matin.

Après avoir brutalement annoncé qu’il n’y aurait pas de nouvelles aides économiques avant l’élection, le président américain avait fait volte-face, se prononçant en faveur d’aides ciblées, et désormais d’un vaste plan.

Et les appels d’économistes à adopter de nouvelles aides se multiplient.

À voir en vidéo