Un paradis viticole réduit en cendres en Californie

Au moins une dizaine de domaines viticoles ont brûlé en Californie depuis que le «Glass Fire», qui a ravagé plus de 20 000 hectares, s’est déclenché cette semaine dans le nord-ouest de l’État.
Photo: Noah Berger Associated Press Au moins une dizaine de domaines viticoles ont brûlé en Californie depuis que le «Glass Fire», qui a ravagé plus de 20 000 hectares, s’est déclenché cette semaine dans le nord-ouest de l’État.

La Silverado Trail, une petite route longeant les célèbres vignobles de la vallée de Napa, dans le nord-ouest de la Californie, a longtemps été le paradis des amateurs de vin. Un éden aujourd’hui largement réduit en cendres par un incendie dévastateur.

L’incendie Glass a consumé un restaurant 3 étoiles, des domaines viticoles comme le Château Boswell, et la fumée a souillé les précieux grains de raisin.

Au moins une dizaine de domaines viticoles ont brûlé depuis que le brasier, qui a ravagé plus de 20 000 hectares, s’est déclenché cette semaine.

La côte ouest américaine subit une saison de feux record, avec cinq des six plus gros incendies de l’histoire de l’État californien actuellement actifs et plus de 1,6 million d’hectares parcourus.

Mercredi, dans la petite municipalité de Calistoga, le squelette d’un VR gisait non loin d’une voiture dont la peinture avait fondu sur le capot.

Photo: Noah Berger Associated Press Bon nombre de bouteilles de vin du domaine de Castello di Amorosa ont été détruites par le feu.

Alors que de la fumée s’élevait des collines, des pompiers tentaient d’éteindre des départs de flammes à l’aide de pioches, de pelles et de lances à eau.

Les exploitations viticoles encore debout ont été fermées, les visiteurs manquant à l’appel à cause des ordres d’évacuation en vigueur pour toute la zone.

À l’entrée du complexe hôtelier Meadowood, où le chef Christopher Kostow a permis au restaurant d’obtenir trois étoiles au guide Michelin, un vigile monte la garde.

Si d’autres parties du lieu ont été épargnées, le restaurant lui-même est rasé. Les flammes sont également passées tout près de la maison du chef Kostow.

« Perdre votre restaurant et votre maison, c’est un double choc que personne ne pourrait endurer », souffle le maire de Calistoga, Chris Canning, qui est allé lui-même s’enquérir de l’état de la demeure du chef évacué.

Au ranch Caligstoga, qui offrait à ses clients l’accès à une piscine, à un lac et à des départs de sentiers de randonnée, des flammes s’échappent de conduites de gaz, dans les ruines de maisons mobiles luxueuses.

« Ce n’était pas n’importe quel » établissement, se désole Matt Macdonald, un pompier venu de la ville voisine de Sonoma, en contemplant le paysage encore fumant.

Près du panneau indiquant le service de voituriers, des restes d’une voiture de golf auparavant utilisée pour transporter les clients au sein de la propriété ont été tordus par la chaleur des flammes.

« Tout ça est très triste », se lamente le shérif adjoint du comté de Napa, les yeux perdus dans les vignes environnantes. « Les gens qui viennent ici ont chacun leurs souvenirs, souvent liés à un domaine qu’ils aiment et qui leur est devenu cher. »

120 000 bouteilles

À Calistoga, connue pour ses sources chaudes, ses bains de boue et ses visites guidées consacrées à la production de vin, le responsable de la cave du domaine de Castello di Amorosa a bravé l’épaisse fumée pour aller évaluer les dégâts.

Les flammes ont englouti une ferme en pierre utilisée pour stocker quelque 120 000 bouteilles de vin, évaluées à environ 5 millions de dollars. De 10 à 12 millions supplémentaires seront nécessaires pour reconstruire le bâtiment, selon le propriétaire Dario Sattui.

Calistoga, désertée de ses quelque 5000 habitants, a été encerclée par le brasier, mais les vignes, vertes et sans broussailles, ont agi comme un frein en l’absence de vents forts.

Destination de renom depuis la fin du XIXe siècle, Calistoga accueille en temps normal environ un million de visiteurs chaque année.

Le tourisme, déjà durement mis à mal par la pandémie, est désormais sinistré par les feux.

« 2020 est une année pourrie, je voudrais qu’elle se termine, dit le maire. On s’en remettra, mais faisons en sorte que tout arrive en 2020, pour qu’on puisse être tranquilles les années suivantes. »

 

À voir en vidéo