Aux États-Unis, le coronavirus frappe plus fort chez les enfants appartenant aux minorités

Cette étude des centres de prévention et de lutte contre les maladies confirme que les enfants et adolescents ne sont aucunement immunisés contre les complications graves de la COVID-19.
Photo: Chandan Khanna Agence France-Presse Cette étude des centres de prévention et de lutte contre les maladies confirme que les enfants et adolescents ne sont aucunement immunisés contre les complications graves de la COVID-19.

Les enfants, adolescents et jeunes adultes des minorités hispanique, noire et amérindienne sont proportionnellement bien plus vulnérables à la COVID-19 que les personnes blanches aux États-Unis, selon une étude des centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) publiée mardi.

Sur les 121 personnes de moins 21 ans décédées de la COVID-19 aux États-Unis, 45 % étaient hispaniques, 29 % noirs et 4 % amérindiens ou natifs de l’Alaska, selon ce rapport qui couvre la période février-juillet. Ces minorités représentent 41 % de la population de cette classe d’âge, mais 78 % de ces 121 décès.

Globalement, la mortalité chez les enfants et les jeunes est bien plus faible que chez les adultes et les personnes âgées : les CDC ont recensé au total 392 000 cas de COVID-19 chez eux. Ils représentaient 8 % de l’ensemble des cas, et seulement 0,08 % des morts.

 
78 %
C’est le pourcentage des 121 jeunes de moins de 21 ans décédés de la COVID-19 aux États-Unis qui appartenaient à une minorité.

Mais l’étude confirme que les enfants et adolescents ne sont aucunement immunisés, en particulier contre ce que les experts ont baptisé le syndrome inflammatoire multisystémique de l’enfant.

Comme d’autres études l’ont établi, les garçons et les hommes sont plus susceptibles de complications et représentent 63 % des morts.

Les trois quarts des morts avaient au moins une pathologie (asthme, obésité, affections neurologiques et de développement, problèmes cardiovasculaires).

En ce qui concerne l’âge, 12 enfants décédés avaient moins d’un an, et les 18-20 ans étaient surreprésentés, avec 50 morts, soit 41 % du total.

Rapport retardé

Le rapport publié par les CDC dans son bulletin « Morbidity and Mortality Weekly Reports », très suivi par les responsables de santé du pays, a apparemment été retardé sous la pression du gouvernement de Donald Trump, selon le site Politico, un conseiller du ministre de la Santé ayant contesté le terme « population pédiatrique » pour désigner les moins de 21 ans, le gouvernement Trump cherchant à minimiser le risque pour les enfants en cette période de rentrée scolaire.

 

À voir en vidéo