Le discours de Barack Obama attendu avec fébrilité par les partisans démocrates

Photo: Olivier Douliery Agence France-Presse

Les grands noms du Parti démocrate des États-Unis unissent leurs forces à la convention nationale du parti dans l’espoir de susciter un élan d’enthousiasme, dont aura besoin le candidat démocrate à l’élection présidentielle Joe Biden pour vaincre le président Donald Trump le 3 novembre prochain.

Ils devraient marteler le même message soulignant l’importance d’aller voter cette fois non seulement pour soi, mais aussi pour assurer le respect, voire la survie de la démocratie dans leur pays.

Barack Obama, le premier président noir de l’histoire des États-Unis, doit prendre la parole lors de cette convention démocrate entièrement virtuelle, qui débute à 21h. L’ancien président Obama connaît très bien Joe Biden puisqu’il l’avait nommé vice-président en 2008.

Kamala Harris, la colistière de M. Biden et première femme noire à ce poste pour un grand parti, doit aussi livrer un discours très attendu, qui lui servira d’introduction à des millions d’électeurs.

Hillary Clinton, une autre femme qui a brisé le plafond de verre en devenant la première candidate à la présidence d’un grand parti aux États-Unis en 2016, prendra également la parole.

Voici les moments forts attendus mercredi soir:

Barack Obama

La démocratie américaine pourrait ne pas survivre à quatre autres années sous l’administration de Donald Trump, prévient M. Obama dans un extrait de son discours dévoilé aux médias. Il exhorte les électeurs à prendre leur responsabilité de citoyen très au sérieux puisque «la survie de leur démocratie est en jeu».

Alors que sa femme Michelle a ouvert la convention lundi soir en critiquant le président Trump sans ménagement, Barack Obama devrait saisir l’occasion pour défendre personnellement l’homme qui a servi à ses côtés pendant deux mandats. Le 44e président va probablement décrire M. Biden comme un conseiller et copilote de confiance qui l’a aidé à faire adopter sa réforme sur les soins de soins de santé et à gouverner dans un monde complexe.

Kamala Harris

La première femme noire et première femme indo-américaine sélectionnée comme candidate à la vice-présidence offre aux démocrates une occasion de poursuivre sur la lancée qui a marqué l’élection de Barack Obama en tant que premier président noir. La sénatrice californienne aura l’occasion de souligner l’aspect historique de sa candidature. Elle profitera également de ce moment pour plaider en faveur de Joe Biden et tenter de faire oublier les critiques qu’elle lui avait lancées lors d’un débat entre les candidats à l’investiture démocrate l’an dernier, notamment en matière de lutte pour l’égalité raciale.

Hillary Clinton

La campagne historique de Mme Clinton pour la Maison-Blanche reste un point de ralliement pour les fidèles du parti, ce à quoi l’ancienne première dame est susceptible de rendre hommage dans son discours. Mais des divisions subsistent au sein du parti depuis sa défaite et la montée en puissance de la coalition Bernie Sanders à gauche. Il est peu probable qu’elle ravive cette division mercredi soir. Elle devrait plutôt réitérer le message qui rallie les démocrates de toutes les franges: il faut défaire Donald Trump.

Les autres orateurs de la soirée

Parmi les autres personnalités attendues figure la sénatrice Elizabeth Warren, qui a dévoilé une série de plans d’action au cours de sa propre campagne à l’investiture, dont certains ont été adoptés par M. Biden par la suite. On attend aussi la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, le gouverneur du Wisconsin Tony Evers, la gouverneure du Nouveau-Mexique Michelle Lujan Grisham, qui était considérée comme une possible colistière de M. Biden, et l’ancienne représentante Gabrielle Giffords, qui milite pour un plus grand contrôle des armes à feu après avoir été victime d’une tentative de meurtre en 2011.

À voir en vidéo