Los Angeles adopte le masque

La nouvelle obligation de port du masque de la mairie de Los Angeles concerne toutes les personnes âgées de plus de deux ans,  à l’exception de celles ayant des handicaps et qui pourraient souffrir du port du masque.
Robyn Beck Agence France-Presse La nouvelle obligation de port du masque de la mairie de Los Angeles concerne toutes les personnes âgées de plus de deux ans, à l’exception de celles ayant des handicaps et qui pourraient souffrir du port du masque.

Le maire de Los Angeles a rendu obligatoire jusqu’à nouvel ordre le port du masque pour toutes les personnes âgées de plus de deux ans, afin de « contribuer à stopper la propagation » du nouveau coronavirus. Porter un masque « dès qu’on quitte son domicile instaure une réelle barrière de protection pour les gens avec qui nous pourrions être en contact, et c’est approprié à ce stade de notre réponse à la crise », a expliqué Eric Garcetti mercredi soir, en annonçant son nouveau décret.

Le port du masque n’était jusqu’à présent requis à Los Angeles que dans les commerces et certains établissements accueillant du public ainsi que dans les transports en commun. « L’ordonnance simplifie les choses pour tous les habitants. Nous demandons à tous les Angelins, à l’exception des jeunes enfants ou ceux qui ont des handicaps et qui pourraient souffrir du port du masque, de se couvrir le visage », a souligné Eric Garcetti.

Dans certaines zones de Californie du Sud, comme dans le comté de Riverside ou la petite ville de Beverly Hills, voisine de Los Angeles, le port du masque avait été rendu obligatoire voici plusieurs semaines sans pour autant être toujours appliqué de manière rigoureuse par les populations concernées.

Parallèlement, les autorités sanitaires du comté de Los Angeles ont légèrement assoupli les mesures de confinement, autorisant la reprise d’activité de tous les commerces pour de la vente à emporter — sans accueil du public dans les locaux — dès lors qu’ils disposent d’un accès sur la rue. Des parcs et plusieurs plages, comme celle de Venice Beach près de Los Angeles, ont également été rouvertes au public pour des activités physiques (marche, baignade, jogging, etc.) mais pas de bains de soleil ou de pique-niques.

Le comté de Los Angeles est le principal foyer de COVID-19 en Californie, avec plus de 34 000 cas confirmés et environ 1660 décès.

Plus de 300 000 morts

La pandémie du nouveau coronavirus a déjà fait plus de 300 000 morts dans le monde, dont plus de 80 % en Europe et aux États-Unis, depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles, jeudi. Plus de 4 303 714 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires depuis le début de l’épidémie. Parmi ces cas, au moins 1 501 900 sont aujourd’hui considérés comme guéris.

Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès sont les États-Unis avec 1754 nouveaux morts, le Brésil (749) et le Royaume-Uni (428). Les États-Unis, qui ont recensé leur premier décès lié au coronavirus début février, sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 85 813 décès pour 1 401 948 cas. Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Royaume-Uni avec 33 614 morts pour 233 151 cas, l’Italie avec 31 368 morts (223 096 cas), la France avec 27 425 morts (178 870 cas), et l’Espagne avec 27 321 morts (229 540 cas).

La Chine continentale, où l’épidémie a débuté fin décembre, a dénombré au total 82 929 cas, dont 3 nouveaux entre mercredi et jeudi. Et depuis mercredi, le Soudan du Sud compte un premier décès lié au virus sur son sol.

Les vidéos les plus populaires