Le président Trump a toujours la cote

Donald Trump peut aujourd’hui difficilement galvaniser sa base d’électeurs, qui a sans doute besoin d’être rassurée, puisque les rassemblements partisans du républicain — son activité fétiche — ont tous été annulés ou reportés.
Photo: Saul Loeb Agence France-Presse  Donald Trump peut aujourd’hui difficilement galvaniser sa base d’électeurs, qui a sans doute besoin d’être rassurée, puisque les rassemblements partisans du républicain — son activité fétiche — ont tous été annulés ou reportés.

Aux États-Unis, la pandémie s’étend à une vitesse fulgurante, l’économie fléchit et le nombre de décès enregistré chaque jour ne cesse de battre des records. Pourtant, le président, largement critiqué au début de la crise pour sa nonchalance, évite jusqu’ici d’en payer le prix politique. Explications.

Face à une crise qui se dessine depuis janvier, Donald Trump est accusé d’avoir trop longtemps fait fi des recommandations de la santé publique. Après qu’il eut comparé le virus à une « simple grippe » et laissé entendre qu’il disparaîtrait le beau temps venu, son ton a radicalement changé.

La semaine dernière, il a donné l’heure juste sur la calamité qui attend ses concitoyens : le pire est encore à venir. « Les deux prochaines semaines pourraient être l’enfer », a-t-il lâché mardi, le ton grave, devant le parterre de journalistes réunis à Washington. « Nous allons perdre des milliers de personnes », a-t-il ajouté.

La Maison-Blanche estime que le virus pourrait faucher de 100 000 à 240 000 vies au cours des prochains mois, même si les consignes de distanciation sociale sont respectées. Ce sont 80 000 Américains qui pourraient mourir d’ici août.

Un portrait bien sombre pour le président. Pourtant, son taux d’approbation au sein de la population a rarement été aussi élevé (49 %), selon l’institut Gallup. À titre comparatif, il était de 39 % en septembre dernier. Même son de cloche sur le site de référence FiveThirtyEight : le milliardaire républicain y a aussi fait une remontée, quoique moins marquée (environ 46 %).

L’augmentation équivaut à quelques points de pourcentage, et les États-Unis amorcent à peine leur lutte contre la pandémie, qui s’annonce très ardue. Mais ces chiffres sont tout de même révélateurs, jugent des experts.

« On assiste à ce qu’on pourrait appeler le ralliement autour du drapeau », avance en guise d’explication Karine Prémont, professeure de politique appliquée à l’Université de Sherbrooke. « En temps de crise, les gens se rassemblent autour du président pour faire front commun, peu importe leur affiliation partisane », dit-elle, citant enexemple George W. Bush qui a vu sa popularité bondir après les attentats du 11 septembre 2001. À la différence que, cette fois-ci, l’« ennemi » à abattre est invisible et la « guerre » devant être livrée consiste à rester à la maison et à suivre les consignes sanitaires.

Autre explication possible : la confusion chez beaucoup de citoyens entre ce que fait Washington et ce que font les États pour freiner la propagation du virus. « Les gens voient des mesures dans leur quotidien, sans trop savoir qui les met en place et d’où elles viennent exactement », observe Karine Prémont.

[Trump] a souvent répété qu’on ne peut pas laisser le remède être pire que le problème. Beaucoup d’Américains sont d’accord avec lui malgré tout ce qui se passe.

 

Cela dit, plus d’un Américain sur deux désapprouve toujours le président, nuance au bout du fil la professeure. « Il ne faut pas oublier qu’on est encore, crise ou pas, dans un climat politique hyper polarisé. Les gens ne changent pas de camp facilement. »

Par ailleurs, le souhait du milliardaire républicain de relancer rapidement l’économie semble avoir plu, renchérit de son côté Valérie Beaudoin, chercheuse associée à l’Observatoire sur les États-Unis de l’UQAM. « Il a souvent répété qu’on ne peut pas laisser le remède être pire que le problème. Beaucoup d’Américains sont d’accord avec lui malgré tout ce qui se passe », pense-t-elle. Les souvenirs de la dernière récession restent vifs pour plusieurs.

Donald Trump misait sur une sortie de crise pour Pâques, avide de lever les restrictions sanitaires plombant davantage chaque jour l’économie américaine. Depuis, il a changé son fusil d’épaule. Devant les projections funestes de ses experts de santé publique, le président a reconduit pour 30 jours les mesures de confinement partiel ou total à travers le pays.

La carte économique

Comme partout sur le globe, l’économie américaine vacille. Dix millions d’emplois ont disparu en deux semaines seulement, selon le département américain du Travail. La quasi-totalité de la population (90 %) est désormais confinée à la maison. Le taux de chômage grimpe donc dangereusement. Après le creux historique de 3,5 % en octobre, il risque d’atteindre 15 % ce mois-ci, loin devant le dernier record de 1982 (10,8 %).

Un record a aussi été battu quant aux demandes hebdomadaires d’assurance-emploi. La semaine dernière, plus de 6,6 millions de chômeurs ont fait une demande. La semaine précédente, ils étaient 3,3 millions. Washington a répliqué par l’adoption d’un plan de relance de 2000 milliards de dollars, pour soutenir les citoyens, les entreprises et le réseau de la santé, notamment.

D’ailleurs, ce n’est pas anodin si Donald Trump tient mordicus à garder les indicateurs au vert. L’homme d’affaires a les yeux rivés sur la présidentielle de novembre prochain. « On lie beaucoup Trump à ses succès économiques », reprend Valérie Beaudoin de l’Observatoire sur les États-Unis. Ainsi, si le pays plonge dans une récession sans précédent, ses chances de réélection risquent d’être compromises.

Sans compter qu’il peut aujourd’hui difficilement galvaniser sa base d’électeurs, qui a sans doute besoin d’être rassurée, ajoute Mme Beaudoin. Les rassemblements partisans du républicain — son activité fétiche — ont tous été annulés ou reportés. « Ce qui pourrait l’aider, c’est le fait que la campagne démocrate est pas mal sur pause présentement. Il n’y a pas beaucoup d’espace médiatique pour [les candidats à l’investiture] Joe Biden et Bernie Sanders », analyse de son côté Karine Prémont, de l’Université de Sherbrooke.

La pandémie a ralenti les primaires démocrates, qui battaient leur plein. Aucun scrutin n’a été tenu depuis le 17 mars, et déjà 15 États ont décidé de reporter le leur. Le Wisconsin prévoit quant à lui maintenir le vote prévu le 7 avril. Le Parti démocrate a, en outre, décidé de reporter en août sa convention nationale prévue pour juillet.