Les primaires démocrates au temps de l’état d’urgence

Les autorités électorales de la Floride, de l’Illinois et de l’Arizona ont décidé de maintenir le vote des primaires démocrates.
Photo: Megan Jelinger Agence France-Presse Les autorités électorales de la Floride, de l’Illinois et de l’Arizona ont décidé de maintenir le vote des primaires démocrates.

Dans l’état d’urgence, il faut tout réorganiser. Les autorités électorales de la Floride, de l’Illinois et de l’Arizona ont décidé de maintenir le vote des primaires démocrates prévu mardi soir sur leur territoire, en indiquant toutefois avoir pris des mesures pour assurer la sécurité des électeurs face à la pandémie de coronavirus. Quelques heures à peine avant l'ouverture des bureaux de vote, le gouverneur de l'Ohio a annoncé le report de ses primaires présidentielles. La crise sanitaire et sociale a aussi incité la Géorgie, le Kentucky et la Louisiane à reporter leurs scrutins, à l’agenda des prochaines semaines. Le virus menace également le taux de participation des électeurs pour la suite des choses.

« Il faut s’attendre à ce que les préoccupations concernant le coronavirus, mais aussi les problèmes logistiques liés au déplacement de certains bureaux de vote [pour les éloigner des personnes à risques] fassent diminuer le taux de participation », a résumé lundi en entrevue au Devoir le stratège démocrate Basil Smikle, directeur du parti démocrate dans l’État de New York. Cela ne devrait toutefois pas nuire à la crédibilité des résultats, « qui vont être pris au sérieux, ajoute-t-il, même s’ils risquent de moins témoigner de la vague d’appui envers Joe Biden ».

Comme l’ont exprimé les urnes lors des derniers votes de cette primaire, l’ex-vice-président est en effet soutenu par la portion la plus âgée de l’électorat démocrate, tranche de la population la plus à risque face au coronavirus et qui est désormais appelée par les autorités sanitaires de plusieurs États à se mettre en isolement volontaire ou à réduire ses interactions sociales. En Floride, le gouverneur, Ron DeSantis, un républicain, a pressé la semaine dernière les organisateurs du scrutin de mardi de ne pas tenir de vote dans les établissements hébergeant des personnes âgées ou à la santé fragile, en cohérence avec l’interdiction de visite décrétée dans ces lieux, et à préconiser un vote à distance pour ces clientèles. Ailleurs, les bureaux de vote devront fournir des produits désinfectants et les installations devront être régulièrement désinfectées, a-t-il indiqué.

Dans la grande région de Chicago, où les primaires se tiennent mardi, la direction générale des élections a déménagé plus de 100 bureaux de scrutin, initialement installés dans des centres d’hébergement pour personnes âgées et des établissements de soins de santé, et a adopté des mesures pour faciliter le vote par la poste des résidents.

Les responsables de chaque État estiment pour le moment qu’ils peuvent gérer les attentes des candidats et de la population face au virus, tout en assurant la rigueur des résultats

Samedi, la Géorgie, où les primaires devaient se tenir le 24 mars prochain, a décidé d’aller un peu plus loin, en reportant au 19 mai le scrutin. « Les choses évoluent rapidement et ma priorité est la santé de notre personnel électoral, de leurs familles et de la communauté dans son ensemble », a déclaré Brad Raffensperger, secrétaire d’État de la Géorgie, par voie de communiqué. « Dans ces circonstances, je pense qu’il est nécessaire et prudent de suspendre le vote en personne à la primaire présidentielle. »

La Louisiane, pour sa part, a déplacé au 20 juin le vote du 4 avril prochain. Dans la foulée, le Wyoming a choisi d’annuler l’organisation de caucus en personne, comme ceux tenus en Iowa au début de cette course électorale, pour remplacer ce mode d’expression des choix de candidats en groupe par des votes postaux et des systèmes de dépôt de bulletins. L’Alaska préconise pour sa part l’utilisation du vote par correspondance d’ici le 24 mars, pour réduire la présence humaine dans les bureaux de vote le 4 avril. La Maison-Blanche a appelé lundi à limiter les rassemblements de plus de 10 personnes partout au pays.

« Le report des primaires est une option, dit M. Smikle, mais les responsables de chaque État estiment pour le moment qu’ils peuvent gérer les attentes des candidats et de la population face au virus, tout en assurant la rigueur des résultats. »

N’empêche, dimanche soir, dans la foulée de son premier débat télévisé à deux avec Joe Biden, sans public en raison du coronavirus, Bernie Sanders s’est questionné sur la pertinence de maintenir les primaires démocrates, désormais compromises par la crise sanitaire, selon lui. Le sénateur du Vermont a perdu son avance dans cette course et a besoin de rassemblement public pour espérer un peu la retrouver.

« J’espère que les gouverneurs vont écouter les experts en santé publique qui disent ne pas vouloir de rassemblements de 50 personnes ou plus », a-t-il dit sur les ondes de CNN. « Et quand je pense à certaines des personnes âgées qui sont assises derrière les tables [dans les bureaux de vote], pour enregistrer les gens et tout ça, est-ce que cela a beaucoup de sens ? Je ne suis pas sûr que ce soit le cas. » Depuis la semaine dernière, les deux candidats en tête de ces primaires ont suspendu l’ensemble de leurs activités publiques et de leurs rassemblements de campagne.