Trump déclare l’état d’urgence aux États-Unis

Donald Trump, 73 ans, qui a été en contact la semaine dernière avec un membre de la délégation du président brésilien déclaré positif au coronavirus, a expliqué ne pas avoir lui-même fait de test car, a-t-il assuré, il ne présente «aucun symptôme». Il a cependant ajouté qu’il se ferait probablement tester «prochainement».
Photo: Saul Loeb Agence France-Presse Donald Trump, 73 ans, qui a été en contact la semaine dernière avec un membre de la délégation du président brésilien déclaré positif au coronavirus, a expliqué ne pas avoir lui-même fait de test car, a-t-il assuré, il ne présente «aucun symptôme». Il a cependant ajouté qu’il se ferait probablement tester «prochainement».

Le président américain, Donald Trump, a déclaré vendredi l’état d’urgence pour faire face à la pandémie de coronavirus qui a mis la première puissance mondiale au ralenti, entre fermetures d’écoles et transports en commun désertés. Cette décision exceptionnelle, traditionnellement utilisée pour les catastrophes naturelles plutôt que les crises sanitaires, a immédiatement provoqué un spectaculaire rebond à Wall Street au lendemain de sa pire séance depuis le krach boursier d’octobre 1987.

« Pour déclencher la pleine puissance des ressources du gouvernement fédéral, je déclare officiellement une urgence nationale », a déclaré M. Trump, évoquant ce dispositif qui permettra à l’État fédéral de débloquer jusqu’à 50 milliards de fonds pour lutter contre le virus. « J’appelle chaque État [du pays] à mettre immédiatement en place des centres d’urgence » et les hôpitaux à activer leurs plans de préparation d’urgence « pour répondre aux besoins des Américains », a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse dans les jardins de la Maison-Blanche.

Interrogé sur les ratés de la réponse américaine, en particulier sur la lenteur de la mise à disposition des tests, Donald Trump a été catégorique : « Je ne me sens en aucune manière responsable », a-t-il lancé, affirmant avoir hérité d’un système qui n’était pas adapté pour faire face à une épidémie d’une telle ampleur.

 

Scène surprenante au moment où les tous les professionnels de santé de la planète soulignent l’importance de la « distanciation sociale » pour endiguer la propagation du virus, le président américain a serré les mains d’une demi-douzaine de dirigeants de grandes entreprises américaines qui se sont succédé au pupitre. Donald Trump, 73 ans, qui a été en contact la semaine dernière avec un membre de la délégation du président Jair Bolsonaro testé positif au coronavirus, a expliqué ne pas avoir lui-même fait de test, car, a-t-il assuré, il ne présente « aucun symptôme ». Il a cependant ajouté qu’il se ferait probablement tester « prochainement ».

Vendredi matin, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin avait assuré que l’administration entendait venir en aide en priorité aux petites et moyennes entreprises qui sont les plus vulnérables en raison du ralentissement très fort de l’activité. Les compagnies aériennes, durement affectées en raison des interdictions de vol, seront également aidées : « Nous injecterons de l’argent. » Le président a indiqué vouloir également aider les croisiéristes, mais a annoncé la suspension des croisières vers l’étranger pour 30 jours. Steven Mnuchin avait néanmoins tenté d’être rassurant, affirmant que le coronavirus posait un problème économique à « court terme », alors que la situation est cette fois très différente de « la crise financière [de 2008, NDLR], dont on ne savait pas quand elle finirait ». « Mais nous surmonterons cela et l’économie sera alors plus forte que jamais », avait-il anticipé. « L’économie et les marchés seront plus forts, plus tard dans l’année. »

Trêve en vue avec les démocrates

Le doute persistait vendredi soir sur un accord entre républicains et démocrates qui, à couteaux tirés en pleine campagne présidentielle, discutaient sur les mesures à adopter pour endiguer l’effet du coronavirus sur l’économie américaine et les nombreux Américains au statut précaire. « Nous sommes fiers d’être parvenus à un accord avec l’administration visant à résoudre des défis majeurs, et de voter bientôt » sur ce projet de loi à la Chambre des représentants, a écrit la présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi à son groupe parlementaire. Selon la chaîne Fox Business, toutefois, aucun accord n’avait encore été trouvé, « malgré les propos de Nancy Pelosi ».

Selon Mme Pelosi, le texte prévoit « le dépistage gratuit pour toute personne ayant besoin d’être testée, y compris celles qui n’ont pas d’assurance », ainsi qu’un arrêt maladie d’« urgence », avec « deux semaines de congé et jusqu’à trois mois d’arrêt pour raison familiale ou médicale ». Les États-Unis n’ont pas de système de couverture universelle pour la santé, et des millions d’Américains sont mal assurés ou ne le sont pas du tout, tandis que les congés maladie payés ne sont accessibles qu’à une minorité d’employés, beaucoup étant payés sur une base horaire. Cela rend la société américaine plus vulnérable à l’épidémie, beaucoup de personnes n’étant pas en mesure d’arrêter de travailler pour rester confinées chez elles.

La proposition de loi prévoit également un accès plus aisé à l’assurance-emploi, ainsi qu’aux bons alimentaires, notamment pour les enfants privés d’école pour éviter la propagation, et débloque des fonds fédéraux afin de financer le programme « Medicaid », qui couvre la santé des Américains aux revenus les plus modestes. Après son passage à la Chambre des représentants, le texte devra être approuvé au Sénat, qui n’a pas prévu d’être en séance avant lundi après-midi, puis être signé par Donald Trump pour entrer en vigueur. Ce plan de soutien à l’économie avait été annoncé lundi en grande pompe par Donald Trump, qui avait fait de l’économie l’un de ses principaux arguments de campagne. Il avait ensuite fait l’objet d’âpres discussions avec les démocrates.

Un pays au ralenti

En quelques jours, les États-Unis ont spectaculairement changé de rythme. La plupart des secteurs ont été contraints de mettre un coup de frein brutal à leurs activités, même si le nombre de cas confirmés de coronavirus reste faible (environ 1700 cas vendredi, dont 41 morts), en raison notamment d’un grand retard pris dans la capacité à tester la population. Les autorités s’attendent à ce que le nombre de cas explose dès que les tests seront largement offerts : des projections transmises au Sénat parlent de 70 à 150 millions d’Américains qui pourraient être infectés, sur un pays de près de 330 millions d’habitants.

La ville de New York, capitale financière et culturelle du pays, illustre bien la façon dont l’épidémie s’est brutalement emparée de la première puissance économique mondiale. Les rassemblements de plus de 500 personnes sont interdits depuis jeudi, éteignant les théâtres de Broadway et l’intense vie culturelle de cette métropole de 8,5 millions d’habitants, une des principales destinations touristiques mondiales. La mairie a démenti les rumeurs de fermeture du métro, mais les rames se sont vidées, même aux heures de pointe.