Accusé de favoriser Trump, le procureur général américain sera interrogé par le Congrès

Le procureur général des États-Unis, Bill Barr
Photo: Bill Pugliano Getty Images Agence France-Presse Le procureur général des États-Unis, Bill Barr

Le secrétaire américain à la Justice, Bill Barr, accusé par l’opposition d’utiliser son poste pour servir les intérêts personnels de Donald Trump, sera interrogé lors d’une audition au Congrès le 31 mars, ont indiqué mercredi des élus démocrates.

Bill Barr a accepté d’être entendu par la commission judiciaire de la Chambre des représentants, ont fait savoir les membres démocrates de cette commission qui lui ont adressé un courrier pour l’informer des « sujets d’inquiétude » qu’ils aborderaient.

« Depuis que vous êtes [procureur général], votre attitude dans les affaires légales liées au président ont suscité des inquiétudes importantes pour cette commission », lui ont-ils écrit, en lui reprochant notamment d’être intervenu dans le dossier de Roger Stone, un ami et ex-conseiller de Donald Trump.

Ce consultant politique de 67 ans a été déclaré coupable en novembre de parjure pour avoir menti au Congrès dans le cadre de l’enquête sur les soupçons de collusion entre Moscou et l’équipe de campagne de Donald Trump. Sa peine doit être prononcée le 20 février.

Les quatre procureurs ayant instruit le dossier ont recommandé lundi une sentence de 7 à 9 ans de prison à son encontre, s’attirant immédiatement les foudres de Donald Trump qui, dans un tweet, a dénoncé une « situation très injuste », une « erreur judiciaire ».

Le lendemain, le département de la Justice a à son tour jugé la recommandation « pas adaptée » et suggéré une peine comprise entre 3 et 4 ans. Les quatre procureurs, désavoués par leur hiérarchie, ont annoncé se retirer du dossier.

Donald Trump a félicité mercredi Bill Barr, qu’il a nommé à son poste, pour son intervention, tout en jurant que ses tweets n’étaient pas « une ingérence politique » dans une affaire judiciaire en cours.

Interrogé à savoir s’il gracierait Roger Stone, il a ajouté : « Je ne veux pas encore le dire. »