Les cinq premiers électeurs du New Hampshire ont voté

Le New Hampshire a commencé à voter mardi matin, comme ici dans un bureau de vote de Portsmouth au sud de l’État.
Photo: Fabien Deglise Le Devoir Le New Hampshire a commencé à voter mardi matin, comme ici dans un bureau de vote de Portsmouth au sud de l’État.

Si l’anecdote devait faire la tendance, c’est finalement l’ex-maire de New York, Mike Bloomberg, plutôt que celui de South Bend, en Indiana, Pete Buttigieg, qui prendrait les devants dans la primaire du New Hampshire. C’est ce que confirme le premier vote enregistré à minuit et une minute dans la nuit de lundi à mardi dans le village de Dixville Notch, comme le veut la tradition.

Sur les cinq électeurs inscrits dans cette communauté située de l’autre côté de la frontière, à 1 h 30 au sud de Sherbrooke, trois ont apputé M. Bloomberg. Bernie Sanders et Pete Buttigieg se séparent les deux autres.

Fait amusant, une des voix exprimées pour M. Bloomberg l’a été dans la primaire républicaine, plutôt que démocrate. Une erreur qui, dans ce coin de pays, tient sans doute d’un commentaire ironique adressé au candidat et au parti sur le libéralisme tendant un peu trop vers la droite de l’aspirant à la Maison-Blanche.
 


Le vote nocturne de Dixville Notch est une tradition qui s’est imposée depuis 1960 dans le calendrier électoral des primaires du New Hampshire. Il se tient dans la salle du Balsams Grand Resort Hotel, devant plus de caméras et de journalistes que d’électeurs.

Cette année, ce folklore politique a été sauvé de justesse, après qu’un des promoteurs dans le projet de relance du grand hôtel du village eut décidé d’y déménager. Pour que le vote ait lieu, cinq citoyens doivent être inscrits dans le registre électoral. Sur les ondes de la télévision locale, Leslie Otten, c’est son nom, s’est dit « heureux de faire partie de la tradition » cette année.

Les communautés de Hart et de Millsfield ont également organisé un vote de nuit, avec respectivement 18 et 5 électeurs. Elles ont fait revivre cette tradition au début des années 1990 après l’avoir abandonnée dans les années 1960. 
Photo: Fabien Deglise Le Devoir

Dans les deux cas, c’est Amy Klobuchar qui est arrivée en tête, avec un appui de six et deux voix. À Hart, le candidat, qui fait campagne sur l’instauration d’un revenu universel de 1000 $ par mois pour chaque Américain, est arrivé devant Elizabeth Warren et Andrew Yang. À Millsfield, devant Joe Biden et Pete Buttigieg.

Mais le véritable vainqueur des primaires du New Hampshire va être connu ce soir, après la fermeture de l’ensemble des bureaux de vote, entre 19 h et 20 h.

Ce reportage a été financé grâce au soutien du Fonds de journalisme international Transat-Le Devoir.