Buttigieg et Sanders revendiquent chacun la victoire dans l'Iowa

Bernie Sanders (à droite) était au coude-à-coude jeudi avec Pete Buttigieg (à gauche) dans le premier vote des primaires présidentielles démocrates, forçant leurs rivaux à revoir leur stratégie.
Photo: Joseph Prezioso Archives Agence France-Presse Bernie Sanders (à droite) était au coude-à-coude jeudi avec Pete Buttigieg (à gauche) dans le premier vote des primaires présidentielles démocrates, forçant leurs rivaux à revoir leur stratégie.

La confusion continue dans l’Iowa : trois jours après le premier vote des primaires présidentielles démocrates, les candidats Pete Buttigieg et Bernie Sanders revendiquaient chacun la victoire selon des critères différents, et les résultats publiés ont été contestés par le chef du parti national lui-même.

Le fiasco, qui prend sa source dans un bug de l’application mobile du parti, a gâché le lancement des primaires démocrates et fait le bonheur du camp de Donald Trump. Il pourrait bien précipiter la fin du système très particulier et très critiqué des « caucus » de l’Iowa, où les électeurs ne votent pas avec des bulletins mais dans des assemblées publiques, selon des règles absconses.

« Ce qu’il s’est passé avec le parti démocrate de l’Iowa est un scandale, qu’ils aient été aussi mal préparés », a dénoncé le sénateur socialiste Bernie Sanders, en proclamant être le vainqueur incontestable, lors d’une conférence de presse à Manchester, dans le New Hampshire.

« En terme de vote populaire, nous avons remporté une victoire décisive », a dit Bernie Sanders. Son argument est qu’il a remporté dans tous les cas 6000 voix de plus que Pete Buttigieg au premier tour. Au second tour, il avait environ 2500 voix d’avance, soit 26,5 % des voix sur un total de plus de 170 000, contre 25 % pour M. Buttigieg, selon des résultats portant sur 97 % des bureaux de vote.

« Celui qui a le plus de voix gagne, c’est nous », a-t-il insisté. Pete Buttigieg, un modéré de 38 ans, revendique également une « victoire stupéfiante » depuis lundi soir… en nombre de délégués. Selon les résultats quasi-complets (mais contestés !), il a engrangé un avantage insignifiant (26,2 contre 26,1 %) en nombre de délégués locaux (plus de 2000), dont le complexe système d’allocation favorise les candidats qui, comme lui, font un bon score dans les zones rurales.

Ultime subtilité : quoiqu’il arrive si les chiffres finaux changent de façon marginale, les deux rivaux enverront sans doute 11 délégués chacun à la convention nationale en juillet, sur les 41 envoyés par l’Iowa, a dit Bernie Sanders, en raison de la nécessité d’arrondir.

« Les caucus de l’Iowa sont bien trop compliqués », a conclu le sénateur Sanders, pressé de tourner la page et de se concentrer sur l’élection primaire du New Hampshire mardi prochain, qui se fera là à bulletins secrets.

Biden reste quatrième

Les résultats des « caucus » de lundi, des assemblées d’électeurs qui se regroupent par candidat, en deux tours, n’ont pas été publiés en temps et en heure en raison d’un bug dans l’application mobile de remontée des chiffres.

Le parti de l’Iowa a décidé de vérifier manuellement les résultats et de les publier progressivement, ce qu’il fait depuis mardi.

Mais des erreurs et des incohérences sont apparues dans les tableaux publiés en ligne, avec par exemple des variations impossibles entre le premier et le second tour, ou des totaux qui ne correspondent pas.

Tom Perez, président du parti démocrate national, a finalement appelé sur Twitter mardi le parti local, dans l’Iowa, à un nouveau comptage des feuilles de chacun des 1765 bureaux de vote où les résultats ont été calculés.

« Cela suffit. En raison des problèmes qui sont apparus dans l’application du processus de sélection des délégués, et afin que les gens aient confiance dans les résultats, j’appelle le parti démocrate de l’Iowa à commencer immédiatement un réexamen », a tweeté Tom Perez.

La campagne, cependant, continue. L’équipe Sanders a annoncé jeudi avoir levé 25 millions de dollars en janvier, un record.

Le sénateur de 78 ans, très marqué à gauche, s’enorgueillit de ne pas accepter des grosses sommes de donateurs aisés. Son équipe a expliqué avoir reçu en janvier le soutien financier de 219 000 nouveaux partisans, des « Américains des classes populaires qui donnent 18 dollars à la fois ».

Dans le même temps, Joe Biden et Elizabeth Warren ont été obligés de réduire la voilure.

La sénatrice progressiste du Massachusetts est arrivée troisième dans l’Iowa avec 18,2 % des voix.

Un résultat qui l’a obligée à retirer 500 000 dollars de publicités télévisées qui devaient être diffusées dans le Nevada et la Caroline du Sud, des États cruciaux en prévision du « Super Tuesday » de mars.

Joe Biden a pour sa part subi une sévère déconvenue dans l’Iowa puisqu’il devrait y finir quatrième, avec environ 15,8 % des délégués. « Je m’attendais à faire mieux », a reconnu mercredi l’ancien vice-président de Barack Obama, premier des sondages nationaux, lors d’un débat organisé par CNN avec des électeurs.