Le Texas refuse d’accueillir des réfugiés en 2020

Le gouverneur du Texas, Greg Abbott
Photo: Eric Gay Associated Press Le gouverneur du Texas, Greg Abbott

Le Texas est devenu vendredi le premier État américain à refuser d’accueillir des réfugiés en 2020, dans le cadre de la politique de lutte contre l’immigration du président républicain Donald Trump.

Cet État du sud du pays doit concentrer ses financements « sur ceux qui sont déjà là, en comptant les réfugiés, les migrants et les sans-abri ; en fait tous les Texans », a indiqué le gouverneur républicain Greg Abbott dans une lettre au département d’État.

M. Abbott a expliqué que le Texas, qui a accueilli environ 10 % des réfugiés acceptés aux États-Unis depuis 2010, doit également faire face à « un problème migratoire disproportionné » avec l’arrivée depuis 2018 de plusieurs dizaines de milliers de migrants ayant traversé la frontière avec le Mexique pour demander l’asile de façon irrégulière.

En septembre, Donald Trump avait annoncé qu’il laissait le choix aux différents États d’accepter ou non des réfugiés sélectionnés dans le cadre d’un programme fédéral de réinstallation.

Son gouvernement avait également annoncé une réduction drastique du nombre de réfugiés acceptés : 18 000 pour l’année budgétaire 2020 qui a débuté le 1er octobre 2019, contre 30 000 en 2018 et près de 85 000 en 2016.

Le programme de réinstallation, créé en 1980, concerne des réfugiés sélectionnés par les agences de sécurité et de renseignement américaines dans les camps de l’ONU à travers le monde, essentiellement parmi les plus vulnérables comme les personnes âgées, les veuves et les handicapés.

« Le Texas a fait plus que sa part en aidant le processus de réinstallation des réfugiés et apprécie que d’autres États soient disponibles dans ces efforts », a expliqué M. Abbott.

Selon la diplomatie américaine, 38 États ont déjà indiqué qu’ils poursuivraient leur politique d’accueil. Les autres ont jusqu’au 21 janvier pour se prononcer.

L’opposition démocrate au Texas, deuxième État le plus peuplé du pays, a condamné la décision du gouverneur qui s’est « complètement soumis à la haine et à la xénophobie », selon l’élu au Congrès Joaquin Castro.

L’association texane d’aide aux réfugiés Refugee Services a quant à elle dénoncé la « confusion » entre l’immigration irrégulière et le programme de réinstallation.

« Les réfugiés admis aux États-Unis ont des documents légaux, leurs dossiers ont été minutieusement examinés par les services de sécurité et ils représentent l’une des parties de la population les plus résistantes, travailleuses, dynamiques et prospères », a affirmé le directeur de l’ONG, Russell Smith.