Pompeo ne quittera pas son poste pour se présenter au Sénat américain

Ancien directeur de la CIA, chef de la diplomatie américaine depuis avril 2018, Mike Pompeo, 56 ans, pourrait techniquement encore changer d’avis.
Photo: Andrew Caballero-Reynolds Archives Agence France-Presse Ancien directeur de la CIA, chef de la diplomatie américaine depuis avril 2018, Mike Pompeo, 56 ans, pourrait techniquement encore changer d’avis.

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo ne quittera pas ses fonctions de secrétaire d’État pour se présenter au Sénat américain, a indiqué mardi, en pleine crise entre Washington et Téhéran, une source proche du chef de la majorité républicaine.

Le chef des républicains au Sénat, Mitch McConnell, s’est entretenu lundi avec M. Pompeo, et ce dernier « a indiqué qu’il ne se présenterait pas au Sénat », a déclaré cette source à l’AFP.

M. McConnell « estime que M. Pompeo fait un travail extraordinaire en tant que secrétaire d’État et se trouve exactement là où le pays a besoin de lui en ce moment », a-t-elle ajouté.

Ancien directeur de la CIA, chef de la diplomatie américaine depuis avril 2018, Mike Pompeo, 56 ans, pourrait techniquement encore changer d’avis, car il a jusqu’au 1er juin pour déclarer s’il se présente pour représenter le Kansas au Sénat américain.

Mais M. Pompeo semble bien décidé à garder ses fonctions de secrétaire d’État de Donald Trump alors que les tensions sont au plus haut entre Téhéran et Washington depuis la mort du puissant général iranien Qassem Soleimani, tué vendredi dans une frappe de drone américain à Bagdad.

Sa conversation avec M. McConnell a d’ailleurs « abordé les événements des derniers jours au Proche-Orient », a précisé le New York Times.

Les républicains détiennent une courte majorité au Sénat (53 contre 47) tandis que les démocrates contrôlent la Chambre des représentants.

Après sa mise en accusation par la Chambre fin décembre, le procès en destitution de Donald Trump doit se tenir au Sénat, mais aucune date d’ouverture n’a encore été fixée.

Mike Pompeo a été cité à plusieurs reprises par les diplomates entendus dans l’enquête sur l’affaire ukrainienne, certains affirmant qu’il avait été témoin direct des pressions exercées par M. Trump sur Kiev pour qu’elle enquête sur un rival politique.