Attaques extrémistes: Facebook recourt à l’expertise de la police

San Francisco — Facebook a recruté la police de part et d’autre de l’Atlantique pour éduquer ses outils d’intelligence artificielle afin de stopper les retransmissions d’attaques extrémistes en direct sur sa plateforme, à l’instar de la tuerie de Christchurch, diffusée pendant de longues minutes sur le réseau social. Cette initiative s’inscrit dans le cadre plus large des mesures prises par le réseau social pour nettoyer les contenus « haineux et extrémistes ». Le réseau fondé par Mark Zuckerberg a été vivement critiqué pour avoir mis 17 minutes avant de stopper la vidéo retransmise en direct d’un suprémaciste blanc, qui s’est filmé pendant qu’il attaquait une mosquée le 15 mars à Christchurch, en Nouvelle-Zélande. Il a tué 51 fidèles musulmans.