Les armes à feu dans la mire des élus démocrates

Nancy Pelosi, cheffe de la majorité démocrate à la Chambre des représentants, aux côtés de Chuck Schumer, chef de la minorité démocrate au Sénat, en point de presse à Washington lundi
Photo: Chip Somodevilla Getty images Agence France-Presse Nancy Pelosi, cheffe de la majorité démocrate à la Chambre des représentants, aux côtés de Chuck Schumer, chef de la minorité démocrate au Sénat, en point de presse à Washington lundi

Les démocrates du Congrès américain ont appelé lundi Donald Trump et les parlementaires républicains à approuver une loi plus restrictive sur les armes à feu, affirmant que les dernières fusillades meurtrières laissaient « plus de sang sur les mains de ceux qui ont choisi de ne rien faire ».

El Paso et Odessa au Texas, Dayton dans l’Ohio… Les élus sont de retour à Washington après un mois d’août marqué par une succession de tueries à travers les États-Unis. Et les démocrates ont affiché, dès le premier jour de la rentrée, leur intention de faire avancer des lois plus strictes sur les armes lors d’une conférence de presse.

« Nous devons agir. Les Américains nous le demandent », a déclaré une élue de la Chambre venant d’El Paso, Veronica Escobar.

Mais dans un Congrès divisé, ils doivent pour cela absolument convaincre les républicains d’agir avec eux, malgré la pression du puissant lobby des armes, la National Rifle Association (NRA), et leurs relations à couteaux tirés sous une présidence Trump qui divise profondément les Américains.

« Ça suffit », a lancé le chef de la minorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer. Par sa grande influence sur ses élus au Congrès, le président républicain Donald Trump « a l’occasion historique de sauver des vies en signalant son soutien » à une loi qui renforcerait le contrôle des antécédents d’acheteurs potentiels d’armes à feu, a-t-il ajouté.

Aux grandes fusillades médiatiques s’ajoutent les nombreux décès quotidiens aux États-Unis. Quelque 40 000 personnes sont mortes par armes à feu en 2017, dont environ une moitié de suicides.

Un drame évitable ?

Majoritaires à la Chambre des représentants depuis janvier, les démocrates ont adopté dès février ce projet de loi, qui aurait pu notamment permettre d’empêcher le tireur d’Odessa, au Texas, d’acquérir son fusil d’assaut lors d’une vente privée, ont souligné les parlementaires et élus démocrates lors de la conférence de presse.

Les transactions entre particuliers et lors de grandes foires aux armes ne sont en effet pour l’instant pas soumises aux mêmes contrôles que les ventes en magasins.

Il est grand temps pour Mitch McConnell et les républicains du Sénat de défier la NRA en adoptant des mesures concrètes

Mais les républicains sont majoritaires au Sénat où leur chef, Mitch McConnell, refuse d’organiser tout vote sur des lois concernant les armes à feu tant que Donald Trump n’aura pas explicité sa position.

Le sénateur s’attend à ce que la Maison-Blanche lui donne cette semaine des précisions, après des discussions menées cet été entre des démocrates, des républicains et le gouvernement Trump sur cette question délicate aux États-Unis, où le droit de porter des armes est farouchement défendu par ses partisans.

Chuck Schumer a affirmé s’être entretenu plusieurs fois avec le président américain mais que ce dernier « partait dans tous les sens » sur la question.

Plus positive, la mairesse démocrate de la ville meurtrie de Dayton, Nan Whaley, a affirmé avoir été reçue ce lundi même à la Maison-Blanche pour une « bonne conversation » avec des conseillers.

Lundi, M. McConnell n’a pas semblé prêt à bouger, ne mentionnant pas même la question des armes dans son discours de rentrée.

Alors que tous les grands candidats à la primaire démocrate soutiennent ce projet de loi ainsi qu’une interdiction des fusils d’assaut, le sujet promet d’occuper une part importante de la campagne pour la présidentielle de novembre 2020.

Le favori dans les sondages pour l’investiture démocrate, Joe Biden, a tweeté qu’il était « grand temps pour Mitch McConnell et les républicains du Sénat de défier la NRA en adoptant des mesures concrètes ».

Les démocrates redoubleront la pression avec un forum public prévu mardi au Congrès pour exhorter le Sénat à agir. Ils doivent également commencer l’étude de trois nouveaux textes liés aux fusillades de l’été.