Aux États-Unis, les créations d’emploi plus faibles que prévu en mai

La chute de création d'emploi s’est ressentie en particulier dans la santé, l’éducation et la construction, selon les chiffres publiés vendredi par le ministère du Travail.
Photo: Tony Dejak Associated Press La chute de création d'emploi s’est ressentie en particulier dans la santé, l’éducation et la construction, selon les chiffres publiés vendredi par le ministère du Travail.

L’activité d’embauche aux États-Unis a ralenti en mai, les employeurs n’ayant créé que 75 000 emplois, ce qui montre que les entreprises commencent à se montrer plus prudentes face au ralentissement de la croissance mondiale et à l’aggravation des conflits commerciaux.

Cette tiède croissance de l’emploi, conjuguée aux pressions croissantes sur l’économie, rend plus probable une réduction des taux d’intérêt de la Réserve fédérale dans les mois à venir. Les rendements obligataires ont chuté après la publication des données sur l’emploi, ce qui signale que les investisseurs s’attendent à une telle décision de la banque centrale.

La croissance de l’emploi du mois dernier faisait suite à un gain beaucoup plus sain de 224 000 emplois en avril. Le taux de chômage est resté à 3,6%, son plus bas niveau en 50 ans.

Les gains de mai ont été les plus faibles depuis février. Le gouvernement a également révisé à la baisse la croissance de l’emploi pour les mois de mars et avril, de 75 000 emplois au total. Au cours des cinq premiers mois de cette année, la création d’emplois s’est établie en moyenne à 164 000 par mois, un rythme soutenu qui est suffisant pour réduire le taux de chômage au fil du temps. Malgré tout, c’est une cadence inférieure à celle de la même période l’an dernier.

L’économie montre des signes de ralentissement alors même que l’expansion actuelle atteint son dixième anniversaire. Elle deviendra le mois prochain la plus longue période de croissance ininterrompue enregistrée depuis 1854. Pourtant, les consommateurs se montrent plus prudents face aux dépenses et les entreprises réduisent leurs investissements en machines et équipements à coût élevé.

L’économie s’est développée à un rythme annuel soutenu de 3,1% au cours du trimestre, mais la Banque de la Réserve fédérale d’Atlanta estime que la croissance annuelle ralentira à seulement 1,5% au cours du trimestre d’avril à juin.

En mai, les salaires ont augmenté de 3,1% par rapport à l’année précédente, une progression en légère baisse par rapport au gain de 3,2% enregistré le mois précédent. C’était le plus petit gain annuel depuis septembre.