Biden se lancera dans la course à la présidence américaine la semaine prochaine

Les questions sur l'avenir politique de Joe Biden étaient sur toutes les lèvres à l’approche des primaires, pour lesquelles 18 candidatures démocrates de haut vol ont déjà été annoncées.
Photo: Michael Dwyer / Associated Press / La Presse canadienne Les questions sur l'avenir politique de Joe Biden étaient sur toutes les lèvres à l’approche des primaires, pour lesquelles 18 candidatures démocrates de haut vol ont déjà été annoncées.

L’ancien vice-président des États-Unis Joe Biden, l’un des noms les plus connus de la politique américaine, devrait se lancer dans la course à la présidence de 2020 la semaine prochaine.

Les questions sur son avenir politique étaient sur toutes les lèvres à l’approche des primaires, pour lesquelles 18 candidatures démocrates de haut vol ont déjà été annoncées.

Âgé de 76 ans, Joe Biden serait le politicien le plus expérimenté en lice et le deuxième plus vieux, après Bernie Sanders, qui a pour sa part 77 ans.

Sa décision de sauter dans l’arène a été confirmée par trois sources anonymes bien renseignées. L’annonce est attendue dès mercredi, mais le moment et le lieu exacts du lancement de sa campagne n’ont pas été dévoilés.

Selon une source, ses conseillers envisagent par ailleurs l’organisation d’un événement à Charlottesville, en Virginie, où avaient eu lieu les affrontements entre suprémacistes blancs et manifestants antiracistes il y a deux ans. Joe Biden pourrait ainsi faire ressortir un contraste avec le président Donald Trump, qui avait déclaré à l’époque que de « très bonnes personnes » se trouvaient des « deux côtés » de la violente confrontation s’étant soldée par la mort d’une jeune contre-manifestante.

Joe Biden a été vice-président durant les deux mandats de Barack Obama, après près de quatre décennies en tant que sénateur du Delaware. Le fait qu’il soit issu du milieu ouvrier pourrait également l’aider à entrer dans la course en tant que meneur, bien qu’il soit confronté à des questions concernant son âge et ses positions plus modérées que celles de son parti.

Le mois dernier, il a peiné à répondre aux allégations selon lesquelles il avait touché plusieurs femmes de manière inappropriée. Et il ne s’agit que d’un avant-goût du regard critique qui sera posé au sein même du camp démocrate sur le politicien endurci, qui a déjà tenté à deux reprises d’accéder au bureau ovale de la Maison-Blanche.

Sur papier, cependant, il semble bien placé pour tenir tête à Donald Trump lors d’une élection générale. Les alliés du président l’ont déjà averti en privé que M. Biden pourrait représenter la plus grande menace à sa réélection, compte tenu de son potentiel attrait pour la classe ouvrière blanche du Midwest, la même région qui avait permis à M. Trump d’être porté au pouvoir en 2016.