Joe Biden laisse entendre qu’il briguera la présidence des États-Unis

Grand nom du parti démocrate, Joe Biden est depuis des mois pressenti pour rejoindre la course à l'investiture.
Photo: Win McNamee Getty Images/AFP Grand nom du parti démocrate, Joe Biden est depuis des mois pressenti pour rejoindre la course à l'investiture.

Si Joe Biden ne s’est pas officiellement lancé dans la course à la Maison-Blanche pour 2020, cela y ressemble beaucoup. Devant des pompiers agitant des pancartes l’appelant à se présenter, l’ancien vice-président de Barack Obama leur a dit en plaisantant que « leurs voeux » pourraient bien se réaliser.

« Lance-toi Joe, lance-toi », ont scandé à plusieurs reprises, debout en l’applaudissant, les pompiers rassemblés à Washington pour une conférence où le démocrate a prononcé un long discours. Ils tenaient des pancartes portant ces mêmes mots.

« J’apprécie l’énergie que vous avez montrée quand je suis arrivé ici. Gardez-la un petit peu plus longtemps, j’en aurais peut-être besoin dans quelques semaines », a déclaré Joe Biden, provoquant une vague d’applaudissements et poussant une bonne partie de l’assemblée à se lever.

Souriant, l’ex-sénateur de 76 ans a alors ajouté, deux fois, entre les rires : « Faites attention, vos voeux pourraient se réaliser ! »

Grand nom du parti démocrate, Joe Biden est depuis des mois pressenti pour rejoindre la course à la nomination démocrate.

Déjà 14 candidats à l’investiture démocrate

Espoir des centristes, il caracole en tête des sondages alors même qu’il ne s’est pas encore présenté, dominant un terrain déjà bien occupé avec 14 candidats démocrates espérant battre Donald Trump en novembre 2020.

Joe Biden doit présider un dîner du parti démocrate le 16 mars à Dover, dans le Delaware, l’État qu’il a représenté pendant plus de 30 ans au Sénat. Cela pourrait offrir une bonne occasion pour donner un premier discours de candidat. Mais plusieurs médias américains avancent qu’il prévoit plutôt un lancement officiel en avril.

D’après les sondages, Joe Biden reste populaire chez les électeurs noirs, dont la mobilisation pourrait s’avérer décisive en 2020, en même temps que chez l’électorat ouvrier blanc, qui a en partie fait gagner Donald Trump en 2016.

Devant les pompiers mardi, M. Biden a critiqué à mots à peine voilés le président républicain, affirmant qu’une « méchante mesquinerie s’est emparée de notre politique ».

« Aux États-Unis, tout le monde a sa chance [de réussir]. C’est ce que le prochain président des États-Unis doit comprendre et c’est ce que notre président actuel, je crois, ne comprend pas du tout », a-t-il ajouté.

Il a aussi rappelé avec émotion le décès tragique de son épouse et de sa petite fille dans un accident de voiture en 1972, saluant le travail des pompiers qui avaient alors sauvé ses deux fils, selon lui.