Trump lancera un appel à l’unité dans son discours sur l’état de l’Union

Donald Trump souhaiterait profiter du discours pour tenter de repartir sur de nouvelles bases après deux ans de partisanerie acerbe et d’attaques personnelles.
Photo: Pablo Martinez Monsivais Archives Associated Press Donald Trump souhaiterait profiter du discours pour tenter de repartir sur de nouvelles bases après deux ans de partisanerie acerbe et d’attaques personnelles.

La Maison-Blanche a fait savoir que le président Donald Trump lancerait un appel à l’optimisme et à l’unité dans son discours sur l’état de l’Union, mardi soir. Il souhaite profiter de l’occasion pour tenter de repartir sur de nouvelles bases après deux ans de partisanerie acerbe et d’attaques personnelles.

Mais est-ce que quelqu’un va y croire ?

Le scepticisme sera palpable des deux côtés de l’allée lorsque Donald Trump va faire son entrée dans la Chambre des représentants pour s’adresser aux législateurs et aux Américains qui seront nombreux devant leurs écrans. Les démocrates, enhardis par les élections de mi-mandat et la récente bataille autour de la paralysie du gouvernement fédéral, voient bien peu de signes d’un président disposé à faire des compromis.

De l’autre côté de l’allée, même les alliés les plus fidèles du président sont conscients que la rhétorique de main tendue lue sur un télésouffleur s’écroule généralement quelques heures plus tard sous des réactions imprévisibles et des messages vindicatifs publiés par le président sur son compte Twitter.

Néanmoins, le simple fait que les conseillers de M. Trump sentent le besoin de tenter une nouvelle approche est une reconnaissance tacite de la faiblesse de la position du président au moment où il entame sa troisième année de mandat.

La paralysie partielle de gouvernement fédéral a fait naître des frustrations chez certains républicains qui en ont assez de l’insistance du président pour un mur à la frontière avec le Mexique. Une demande à laquelle ils avaient prédit que la nouvelle majorité démocrate à la Chambre des représentants s’opposerait.

Le taux d’approbation de Donald Trump a chuté à 34 pour cent pendant le « shutdown », une baisse de huit points en un mois, selon un sondage récent du centre de recherche sur les affaires publiques Associated Press-NORC.

La porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders, a indiqué que le président mettrait en lumière ce qu’il considère comme ses réalisations et qu’il minimiserait la discorde.