Jim Mattis fait ses adieux au Pentagone

Jim Mattis a démissionné le 20 décembre, au lendemain de la décision de Donald Trump de retirer l'ensemble des troupes américaines déployées en Syrie.
Photo: Saul Loeb Agence France-Presse Jim Mattis a démissionné le 20 décembre, au lendemain de la décision de Donald Trump de retirer l'ensemble des troupes américaines déployées en Syrie.
Le ministre américain de la Défense Jim Mattis, dont c'est le dernier jour au Pentagone, a appelé lundi les forces armées à «tenir bon» après avoir présenté sa démission au président Donald Trump, avec lequel il était en profond désaccord sur plusieurs points.

Dans une brève note de service à l'ensemble des employés du ministère, l'ancien général des Marines écrit que le Pentagone «a toujours montré qu'il savait s'élever dans les moments les plus difficiles», référence apparente à la confusion régnant actuellement à Washington.

«Gardez donc foi dans notre pays et tenez bon, aux côtés de nos alliés, unis face à nos ennemis», ajoute M. Mattis, qui a démissionné le 20 décembre, au lendemain de la décision de Donald Trump de retirer l'ensemble des troupes américaines déployées en Syrie.

Sa démission avait été suivie de celle de Brett McGurk, émissaire des États-Unis pour la coalition internationale antidjihadistes, dont les fonctions prenaient également fin ce lundi.

«Je souhaite le meilleur à mes anciens collègues civils et militaires, qui travaillent dans des conditions extrêmement difficiles pour protéger les intérêts de notre grand pays», a tweeté ce spécialiste du Moyen-Orient.

Surnommé le «moine soldat» en raison de sa culture historique militaire encyclopédique, Jim Mattis cite en ouverture de sa note de service un télégramme envoyé par le président Abraham Lincoln au général Ulysses Grant, en février 1865, alors que la guerre de Sécession prenait fin: «Ne laissez rien d'apparent changer, entraver ou retarder vos mouvements militaires ou vos plans».

M. Mattis se dit ensuite «confiant» dans le fait que les troupes américaines ne soient «pas détournées de la mission pour laquelle [elles ont] prêté serment, défendre la Constitution tout en protégeant notre mode de vie».

Voix de la modération au sein du cabinet de Donald Trump, le chef du Pentagone ne devait initialement quitter ses fonctions qu'à la fin février afin d'assurer une transition fluide avec son successeur, mais le président a avancé son départ de deux mois.

Ce dernier aurait mal pris la couverture médiatique de la lettre de démission du général, très critique à son endroit. 

M. Mattis insistait notamment dans ce courrier sur la nécessité pour les États-Unis de «traiter les alliés avec respect».

Son adjoint, Patrick Shanahan, assurera l'intérim à la tête du ministère de la Défense à compter du 1er janvier.