Le retrait des troupes américaines de Syrie sera lent, affirme Donald Trump

<p>Les troupes américaines, essentiellement des forces spéciales, sont présentes pour combattre le groupe EI et former les forces locales dans les zones reprises aux djihadistes.</p>
Photo: Delil Souleiman Agence France-Presse

Les troupes américaines, essentiellement des forces spéciales, sont présentes pour combattre le groupe EI et former les forces locales dans les zones reprises aux djihadistes.

Donald Trump a confirmé lundi que le retrait des troupes américaines de Syrie serait « lent », tout en réaffirmant son succès face au groupe État islamique (EI) dans la région, qui justifie selon lui sa décision militaire.

« Le groupe EI a pratiquement disparu, nous renvoyons lentement nos troupes à la maison afin qu’elles retrouvent leurs familles, tout en combattant ce qu’il reste du groupe EI », a gazouillé le président des États-Unis, qui a annoncé récemment le retrait total des quelque 2000 soldats américains actuellement déployés dans le nord de la Syrie.

 

 

Ces troupes, essentiellement des forces spéciales, sont présentes pour combattre le groupe EI et former les forces locales dans les zones reprises aux djihadistes.

Cette déclaration de Donald Trump intervient alors que l’un de ses proches, le sénateur républicain Lindsey Graham — pour qui le retrait des forces américaines est une erreur —, s’est dit dimanche « rassuré » sur ce dossier après une rencontre avec le locataire de la Maison-Blanche.

« Le président comprend qu’on a besoin de finir le travail », avait-il expliqué. « Nous allons ralentir les choses d’une manière intelligente ».

« Si quelqu’un d’autre que Donald Trump avait fait ce que j’ai fait en Syrie, qui était un bazar infesté par le groupe EI quand je suis devenu prédisent, il serait un héros national », a jugé Donald Trump sur Twitter lundi.

« Les résultats sont BIEN MEILLEURS que ce que j’avais prédit. J’ai fait campagne contre les GUERRES QUI NE FINISSENT JAMAIS », a-t-il ajouté.

 

 

« Tenir bon »

La semaine dernière, le président américain avait déjà dit avoir évoqué avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan « le retrait lent et extrêmement coordonné des troupes américaines de la région ».

De hauts responsables militaires américains ont multiplié les mises en garde contre un retrait précipité qui laisserait la voie libre en Syrie aux alliés du régime de Bachar al-Assad, à savoir la Russie, grande rivale des États-Unis, et l’Iran, bête noire de l’administration Trump.

En désaccord avec le président sur ce dossier, son ministre de la Défense Jim Mattis et l’émissaire américain pour la coalition internationale antidjihadiste, Brett McGurk, ont démissionné.

Jim Mattis, dont c’est le dernier jour au Pentagone lundi, a adressé un message aux troupes américaines, les appelant à « tenir bon ».

« Maintenant que je commence à me retirer, les médias “Fake News” et les commentateurs qui ont échoué pendant des années aiment à se plaindre de moi et de mes tactiques », a tonné dans le même temps M. Trump sur Twitter.

 

 

Patrick Shanahan remplacera M. Mattis à la Défense dès le 1er janvier 2019.

Pendant le weekend, la Russie et la Turquie ont convenu de se « coordonner » afin de combler le vide laissé par le départ américain.

La décision de Donald Trump a fait bouger les lignes changeantes d’un conflit dont la complexité n’a cessé de s’accroître depuis 2011.

Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche John Bolton a annoncé la semaine dernière qu’il se rendrait en Turquie et en Israël en janvier afin de discuter de ce retrait.