Donald Trump se fait rabrouer par un élu français sur Twitter

Le député Joachim Son-Forget, qui appartient au mouvement fondé par le président français Emmanuel Macron, La République En Marche.
Photo: Jacques Demarthon Agence France-Presse Le député Joachim Son-Forget, qui appartient au mouvement fondé par le président français Emmanuel Macron, La République En Marche.

Le président américain s’est fait servir sa propre médecine.

C’est bien connu Donald Trump a fortement tendance à régler ses comptes sur le réseau social Twitter. Un élu français a donc choisi d’utiliser l’« arme » de prédilection de M. Trump pour lui livrer le fond de sa pensée.

Tout a commencé quand le locataire de la Maison-Blanche s’est exprimé par rapport à l’intense sentiment d’insatisfaction régnant en France qui est largement alimenté par la hausse du coût de la vie.

Samedi, Donald Trump s’est désolé de voir de nombreux citoyens de ce pays descendre dans les rues pour extérioriser leur frustration grandissante.

Pour calmer le jeu, il a recommandé aux décideurs français de mettre un terme à l’accord international portant sur les changements climatiques qui avait été adopté à Paris en 2015. Poursuivant sur sa lancée, le président des États-Unis a ensuite qualifié l’entente de « ridicule » et surtout d’« extrêmement dispendieuse ». Question de mettre un peu plus d’huile sur le feu, il a laissé entendre que dans l’éventualité où l’accord était déchiré, des économies considérables seraient réalisées et de l’argent pourrait donc être retourné dans les poches des contribuables.

 

 

Cet argumentaire a provoqué l’ire du député Joachim Son-Forget qui appartient au mouvement fondé par le président français Emmanuel Macron, La République En Marche.

Il a donc servi une réplique fielleuse à M. Trump sur Twitter en l’accusant carrément d’être « gâteux ».

Cet élu, qui est médecin de profession, s’est ensuite permis de poser un diagnostic implacable concernant le président américain en faisant valoir qu’il était évident qu’il souffrait « d’incontinence cérébrale ».

Il a également soutenu qu’il était grand temps que quelqu’un prive Donald Trump de son accès à son ordinateur et « lui donne ses pilules ».