Trump nomme William Barr procureur général

«Depuis le début, je l’avais placé en tête de liste», s’est justifié Donald Trump.
Photo: Evan Vucci Associated Press «Depuis le début, je l’avais placé en tête de liste», s’est justifié Donald Trump.

Le président américain, Donald Trump, a nommé vendredi le procureur général William Barr, un juriste républicain ayant déjà occupé cette fonction au début des années 1990 sous la présidence de George H.W. Bush. Il remplacera Jeff Sessions, que le président a limogé brutalement en novembre, faisant craindre une reprise en main de la très épineuse enquête russe.

« Il est respecté par les républicains et par les démocrates », a justifié M. Trump. « C’est l’un des juristes les plus respectés du pays et un des meilleurs esprits juridiques », a-t-il ensuite publié sur Twitter.

La nomination de William Barr, 68 ans, doit encore être confirmée par un vote du Sénat, conformément à la Constitution. Compte tenu des vacances parlementaires, il est peu probable qu’il entre en fonction avant l’année prochaine.

L’enquête Mueller se poursuit

En attendant, l’intérim au ministère de la Justice est assuré par Matthew Whitaker, soupçonné d’être en mission commandée pour rogner les ailes du procureur spécial Robert Mueller. Ce dernier, un ancien chef de la police fédérale (FBI) devenu bête noire du président, est chargé notamment d’établir s’il y a eu ou non collusion entre Moscou et l’équipe de campagne de Donald Trump lors de la présidentielle de 2016. Il semble en voie de boucler son enquête.

William Barr connaît bien Robert Mueller, dont il a été le chef quand il était procureur général de George H.W. Bush, de 1991 à 1993. M. Mueller dirigeait alors la direction des affaires pénales du ministère.

Au cours des dernières années, M. Barr commentait régulièrement l’actualité et certains de ses propos ont suscité des interrogations dans les rangs démocrates.

Il a notamment défendu l’appel du milliardaire à l’ouverture d’une enquête sur sa rivale démocrate à la présidentielle Hillary Clinton. « Il n’y a rien d’intrinsèquement mal à ce qu’un président demande une enquête », avait-il déclaré, alors que la Constitution prévoit une stricte séparation des pouvoirs exécutif et judiciaire.

Conformément à une opinion en vogue dans certains milieux conservateurs, il estime qu’il y a davantage de raisons d’enquêter sur les liens présumés entre Mme Clinton et la vente d’une mine d’uranium que sur une éventuelle collusion entre le Kremlin et le candidat Trump.

Trump nomme Heather Nauert ambassadrice à l’ONU

Le président américain Donald Trump a annoncé vendredi la nomination de Heather Nauert, ancienne journaliste de la chaîne Fox News, comme ambassadrice des États-Unis à l’ONU en remplacement de Nikki Haley.

Mme Nauert, propulsée l’an dernier porte-parole de la diplomatie américaine alors qu’elle n’avait aucune expérience politique préalable, est une femme « très talentueuse » et « très intelligente », a déclaré M. Trump depuis la Maison-Blanche. « Je pense qu’elle sera respectée par tout le monde », a ajouté le président des États-Unis.

Diplômée en journalisme de l’université de Columbia à New York, cette femme de 48 ans a fait ses armes à la télévision sur la chaîne ABC et surtout à Fox News. Sa nomination devra être confirmée par le Sénat.