Cohen a donné le change sur un projet immobilier en Russie

L’ancien avocat personnel de Donald Trump, Michael Cohen
Photo: Drew Angerer Getty Images / AFP L’ancien avocat personnel de Donald Trump, Michael Cohen

Michael Cohen, ex-avocat et homme de confiance de Donald Trump, a reconnu jeudi avoir menti au Congrès américain sur ses contacts avec des Russes au sujet d’un projet immobilier, une mauvaise nouvelle pour le président américain qui a balayé ces nouvelles déclarations.

Lors d’une audience devant un tribunal fédéral de Manhattan jeudi, Michael Cohen a affirmé avoir menti au sujet de discussions sur un projet immobilier en Russie. Ce projet avait déjà été évoqué par plusieurs médias américains et implique le conglomérat de Donald Trump.

Ces nouvelles révélations de l’ancien conseil du président sont un rebondissement important dans l’enquête du procureur spécial Robert Mueller, que le milliardaire républicain s’emploie presque quotidiennement à discréditer, affirmant n’avoir eu aucun contact avec des Russes durant sa campagne.

M. Mueller enquête sur les ingérences russes dans la campagne présidentielle de 2016 et sur les soupçons de collusion entre Moscou et l’équipe de Donald Trump.

Quelques minutes après la fin de l’audience, Donald Trump a contre-attaqué son ancien avocat, qu’il a qualifié de « personne très faible » cherchant avant tout à obtenir une peine réduite pour son implication dans des dossiers qui ne sont pas directement liés à lui.

« C’était un projet bien connu […] Ça n’a pas duré longtemps. Je n’ai pas mené ce projet », s’est défendu le milliardaire républicain, avant de s’envoler pour le sommet du G20 en Argentine, à propos de ce possible investissement en Russie.

« Il n’y aurait rien eu de mal si je l’avais mené, a-t-il ajouté. Je ne l’ai pas fait pour un certain nombre de raisons. La première, même si rien ne m’y obligeait, est que j’étais vraiment occupé à faire campagne pour la présidentielle. »

Dans la foulée, le président américain a annulé la rencontre prévue avec son homologue russe, Vladimir Poutine, une décision qu’il a attribuée à la crise entre Ukraine et Russie.

Vérités et mensonges

Objet de poursuites pénales, M. Cohen avait déjà plaidé fin août coupable de plusieurs chefs d’accusation et, après avoir pris ses distances avec le président américain, coopère avec le procureur spécial Robert Mueller.

« Aujourd’hui [Michael Cohen] a dit la vérité et rien que la vérité. Donald Trump l’a traité de menteur. Qui croyez-vous ? » a publié sur Twitter l’un des avocats de Michael Cohen, Lanny Davis.

Lors d’une audition par la commission du Sénat sur le renseignement, Michael Cohen avait assuré que les contacts relatifs au projet immobilier avaient pris fin en janvier 2016, selon un document versé jeudi au dossier et rendu public.

« J’ai établi que le projet n’était pas réalisable pour une série de raisons et devrait être abandonné », avait alors déclaré l’avocat.

Mais il a avoué jeudi que les discussions s’étaient en réalité poursuivies jusqu’en juin 2016, soit très tard dans la campagne présidentielle.

Michael Cohen aurait même longtemps envisagé de se rendre en Russie, notamment pour discuter avec des officiels russes des autorisations nécessaires à la réalisation du projet, a-t-il admis.

Beaucoup soulignaient jeudi que l’enjeu pour Donald Trump ne concernait pas tant les contacts en eux-mêmes, qui n’étaient pas illégaux, mais davantage une éventuelle contradiction entre les déclarations de Michael Cohen et celles que le président a transmises récemment à l’équipe de Robert Mueller. Si les versions ne se recoupaient pas, l’ancien promoteur immobilier pourrait être accusé de parjure.