Fusillade en Californie: le tireur était un ancien soldat

<p>L'homme avait fait irruption dans le Borderline Bar and Grill, qui accueillait au moment du drame une soirée étudiante à laquelle « plusieurs centaines » de jeunes devaient prendre part.</p>
Photo: Frederic J. Brown Agence France-Presse

L'homme avait fait irruption dans le Borderline Bar and Grill, qui accueillait au moment du drame une soirée étudiante à laquelle « plusieurs centaines » de jeunes devaient prendre part.

L'homme qui a abattu 12 personnes mercredi soir dans un bar bondé de Thousand Oaks, en Californie, était un ancien soldat âgé de 28 ans, a indiqué Geoff Dean, le shérif du comté de Ventura situé à la périphérie de Los Angeles.

 

Le suspect, qui se serait suicidé, s'appelait Ian David Long, a précisé M. Dean lors d'une conférence de presse, ajoutant qu'il avait servi dans le corps d'élite des Marines. « Nous n'avons aucune idée de ses motivations », a-t-il souligné tout en précisant qu'il n'y avait « aucune indication » qu'il avait ciblé des employés.

 

« Nous avons eu plusieurs contacts avec M. Long au fil des ans, pour des incidents mineurs, un accident de la route », a-t-il relevé. Et il avait été victime de coups dans un bar en janvier 2015, mais ce n'était pas l'établissement visé mercredi soir.

 

En avril, des policiers se sont rendus chez lui après avoir été contactés. « Ils ont discuté avec lui. Il était d'une certaine manière furieux ».

 

« Il agissait de manière irrationnelle » au point que des experts de la police en troubles psychologiques sont intervenus, mais l'ont, in fine, laissé chez lui ne trouvant pas de raisons de l'arrêter ni de l'interner, a poursuivi le shérif, ajoutant que leur impression était qu'il pouvait souffrir de stress post-traumatique du fait de ses antécédents militaires.

 

Long était armé d'un pistolet Glock 21 de calibre .45 acheté légalement, qui était équipé d'un chargeur plus grand que celui de dix balles pour lequel il est normalement conçu, a expliqué le shérif.

 

Plusieurs témoins ont indiqué qu'il avait utilisé des fumigènes lors de la fusillade, mais le shérif Dean n'a pas été en mesure de le confirmer à ce stade.

«Une scène horrible»
À 3 h locales (6 h à Montréal), le bilan comprenait en outre un nombre indéterminé de blessés, admis dans plusieurs hôpitaux de la région, a-t-il indiqué.

« C'est une scène horrible. Il y a du sang partout », a-t-il confié.

Dans un tweet matinal jeudi, le président des États-Unis Donald Trump a dit avoir été pleinement tenu informé de la situation en Californie.

   

« Le premier policier à entrer dans le bar » a été blessé et il est décédé à l'hôpital, a-t-il précisé.

« La police a fait preuve d'un grand courage. Les unités de la police de la route californienne étaient sur place en trois minutes », a-t-il ajouté. 

   

Arme semi-automatique

Holden Harrah, un jeune homme de 20 ans, se rend régulièrement dans cet établissement.

« J'ai vu le tireur, il était habillé en noir, avec des lunettes, camouflé. Il a sorti une arme et a commencé à tirer », explique-t-il à l'AFP, détaillant avoir dû « ramper » pour sortir du bar et rejoindre sa voiture.

Le bar organisait tous les mercredis des soirées étudiantes, ouvertes aux jeunes de plus de 18 ans, alors qu'il faut le plus souvent avoir 21 ans — l'âge légal pour boire de l'alcool — pour entrer dans un bar aux États-Unis. Le shérif a estimé que les victimes avaient probablement entre 21 et 26 ans.

Matt Wennerstron, un étudiant de 20 ans, fréquentait régulièrement l'établissement. Il a raconté aux journalistes aux abords du bar que le tireur avait utilisé une arme semi-automatique. « Il tirait autant de balles qu'il pouvait, et quand il rechargeait, les gens essayaient de s'enfuir, et je dois dire que je n'ai pas regardé derrière moi ».

Un témoin non identifié cité par le Los Angeles Times a indiqué qu'un homme était entré dans le bar vers 23 h 30 locales (2 h 30 à Montréal) et avait commencé à tirer. L'horaire a été confirmé par la police.

« Il a beaucoup tiré, au moins une trentaine de fois, j'entendais encore des coups de feu alors que tout le monde avait quitté le bar », a ajouté ce témoin cité par le LA Times. 

D'autres témoins ont dit que le tireur avait lancé une grenade fumigène.

Selon l'un d'eux, interrogé par la télévision CNN, mais visiblement en état de choc, le tireur est entré par la porte principale du bar, tirant sur un vigile, puis sur une jeune femme tenant le guichet d'accueil.

La plupart des témoins cités par les médias américains, en majorité des étudiants des nombreuses universités de cette banlieue résidentielle de Los Angeles, décrivent des scènes de panique après les premiers coups de feu.

« Tout le monde s'est jeté au sol très rapidement. Tout le monde voulait sortir le plus vite possible », a déclaré à l'AFP une jeune femme, qui s'est elle-même enfuie avec une amie par la fenêtre de la cuisine.

Les États-Unis sont régulièrement le théâtre de fusillades visant des lieux publics. La dernière en date avait fait 11 morts dans une synagogue de Pittsburgh. Elles relancent à chaque fois le débat sur la possession et la dissémination des armes à feu dans le pays.