Le bilan de l’ouragan «Michael» s'alourdit

«Michael» a dévasté la Floride et s’éloigne désormais du territoire américain, rétrogradée en cyclone post-tropical.
Photo: Brendan Smialowski Agence France-Presse «Michael» a dévasté la Floride et s’éloigne désormais du territoire américain, rétrogradée en cyclone post-tropical.

Le bilan de l’ouragan Michael, qui a laissé dans son sillage des scènes de désolation en Floride, a atteint 13 morts vendredi et les autorités en craignaient d’autres alors que les opérations de sauvetage se poursuivaient.

Rétrogradé en simple tempête, Michael s’éloignait des côtes américaines, mais le décompte de ses victimes continuait de grossir au fil de la journée.

Deux personnes ont été tuées jeudi soir en Caroline du Nord lorsqu’un véhicule a heurté un arbre tombé sur la route, ont confirmé vendredi à l’AFP les services d’urgence du comté de McDowell, portant à trois le nombre de victimes liées à Michael dans cet État déjà durement touché par l’ouragan Florence le mois dernier.

Au moins quatre autres personnes sont mortes en Floride, où l’ouragan Michael s’est fracassé mercredi sur ses côtes, charriant alors des vents à 250 km/h.

« Mon sentiment est qu’ils vont trouver davantage de victimes », a estimé vendredi sur CNN Marco Rubio, sénateur républicain de Floride.

Même crainte du côté de l’agence de gestion des situations d’urgence. « Je m’attends à ce que le bilan augmente aujourd’hui et demain à mesure que nous circulons à travers les débris », a confié, également sur CNN, le patron de la Fema, Brock Long.

Le président américain, Donald Trump, a indiqué vendredi sur Twitter qu’il se rendrait en Floride et dans l’État voisin de la Géorgie en début de semaine prochaine. « Nous travaillons très dur dans chaque région et chaque État affectés — nous sommes avec vous ! », a-t-il écrit.

 

« Très peur »

La petite station balnéaire de Mexico Beach est « dévastée », a déclaré à l’AFP le gouverneur de la Floride, Rick Scott, décrivant une « zone de guerre ».

« C’est comme si une bombe avait explosé », a-t-il ajouté. « Nous nous efforçons à garder tout le monde en vie, à fournir une assistance médicale à ceux qui en ont besoin et à apporter ici de la nourriture et de l’eau ».

Les secours étaient ainsi à pied d’oeuvre à Mexico Beach, où les hélicoptères militaires et civils passaient en rase-mottes. Ils ont notamment installé dans cette localité côtière qui compte un millier de résidents à l’année une tour de communication d’urgence, le réseau de téléphonie mobile étant hors service.

Malgré les consignes d’évacuation qui ont probablement sauvé de nombreuses vies, certains habitants étaient restés. Les survivants racontent l’enfer.

« On a eu très peur, on n’avait jamais vu quelque chose comme ça », confie à l’AFP Rose Loth, 53 ans.

Et ceux qui sont partis découvrent à leur retour l’ampleur des dégâts, comme Bob Tenbrunson. Retraité, il s’était réfugié chez sa fille, à Panama City, à quelques kilomètres de là, et s’inquiète désormais pour la suite.

« J’ai dépensé mes économies et ma retraite pour rester ici, donc je ne peux pas vendre maintenant et je dois juste espérer que (la ville) soit reconstruite », témoigne-t-il, les mains salies après avoir déblayé les décombres.

« Une fois l’ouragan passé, vous êtes complètement perdu. Vous pouvez fermer les yeux et les rouvrir et vous ne savez plus où vous êtes », dit de son côté Charles Smith, qui espère pouvoir rouvrir un jour son motel avec vue sur la mer.

À Panama City, la situation aussi était préoccupante : maisons totalement détruites, toitures arrachées, bateaux encastrés les uns contre les autres, arbres jonchant le sol.

Cinq morts en Virginie

Michael a également entraîné la mort de plusieurs personnes dans d’autres États.

Les services d’urgence de la Virginie, où l’ouragan est passé jeudi soir en remontant vers le Nord depuis la Floride, ont confirmé vendredi matin sur Twitter « cinq morts liées à Michael ».

En Géorgie, une fillette de 11 ans a été tuée lorsqu’un auvent de garage a atterri sur sa maison, selon les autorités.

Le courant n’était par ailleurs toujours pas rétabli vendredi pour plus d’un million de foyers à travers plusieurs États du sud-est américain : plus de 340 000 en Floride, près de 440 000 en Caroline du Nord et 446 000 en Virginie.

« Inondations, arbres abattus, routes closes et débris vont affecter le trajet du matin », a indiqué vendredi le Virginia Department of Emergency.

Sur les réseaux sociaux, les images postées par les internautes parlaient d’elles-mêmes : routes et parkings de supermarchés ont été submergés par la montée des eaux. Les services d’urgence de Virginie ont indiqué que 1200 routes avaient été fermées.

Plus d’une centaine de personnes ont été secourues et de nombreuses autres évacuées à cause des inondations en Caroline du Nord, a indiqué vendredi le gouverneur, Roy Cooper.