Brett Kavanaugh se met au travail à la Cour suprême des États-Unis

Une poignée de manifestants s’étaient massés devant la Cour suprême des États-Unis, mardi, pour dénoncer la nomination de Brett Kavanaugh.
Photo: Pablo Martinez Monsivais Associated Press Une poignée de manifestants s’étaient massés devant la Cour suprême des États-Unis, mardi, pour dénoncer la nomination de Brett Kavanaugh.

Brett Kavanaugh a entendu mardi sa première cause en tant que juge de la Cour suprême des États-Unis.

Le juge en chef de la Cour suprême, John Roberts, l’a accueilli de manière traditionnelle, en lui souhaitant « une longue et heureuse carrière au sein de notre vocation commune ». La femme et les deux filles de M. Kavanaugh prenaient place dans la section réservée aux invités des juges.

L’audience de mardi, qui portait sur les lourdes peines imposées à des criminels de carrière, s’est déroulée dans le calme. Le juge Kavanaugh a posé sa première question après que la plupart des autres juges eurent pris la parole.

Les questions de M. Kavanaugh et du juge Neil Gorsuch, lui aussi choisi par M. Trump, permettent de croire qu’ils pourraient voter contre l’administration Trump et en faveur d’un accusé de la Floride qui conteste l’allongement de sa peine de prison, qui pourrait passer de six ans à plus de 15 ans.

M. Kavanaugh a été vu à l’occasion discutant avec sa voisine immédiate, la juge Elena Kagan.

Avec l’ajout de M. Kavanaugh, cinq des neuf juges du plus haut tribunal des États-Unis sont maintenant des conservateurs affirmés. Le juge qu’il a remplacé, Anthony Kennedy, était un conservateur modéré qui se ralliait parfois à ses collègues progressistes.

La nomination du juge Kavanaugh a été confirmée samedi, lors d’un vote à 50 contre 48 au Sénat. Il s’agissait du vote de confirmation d’un juge de la Cour suprême le plus serré depuis 1881.

Les allégations d’inconduite sexuelle formulées par au moins trois femmes envers le juge Kavanaugh ont donné lieu à des débats incendiaires. L’homme de 53 ans nie avoir quoi que ce soit à se reprocher.

Une autre audience de deux heures, mercredi, portera sur la détention des immigrants, un dossier dans lequel le vote du juge Kavanaugh pourrait être déterminant.

Une poignée de manifestants s’étaient massés devant la Cour suprême mardi pour dénoncer la nomination de M. Kavanaugh.