Nouvelle colère de Donald Trump sur Twitter

L'ancienne conseillère de la Maison-Blanche Omarosa Manigault Newman en février 2017
Photo: Saul Loeb Archives Agence France-Presse L'ancienne conseillère de la Maison-Blanche Omarosa Manigault Newman en février 2017

Donald Trump s’est jeté tête baissée lundi dans une dispute par gazouillis, révélations et entrevues interposés avec une ex-conseillère de la Maison-Blanche, donnant au sommet du pouvoir américain un rythme haletant digne des plateaux de téléréalité où ils se sont connus.

La saga se joue en plusieurs épisodes, au gré de révélations orchestrées depuis plusieurs jours par Omarosa Manigault Newman, 44 ans, avant la parution, mardi, de son livre Unhinged.

« Raciste », « intolérant », « misogyne », souffrant d’une « grave déficience mentale » et inapte à tenir la fonction suprême : l’ancienne haute conseillère du président américain n’épargne pas celui qui l’a rendue célèbre grâce à son émission de téléréalité The Apprentice.

Trump tenu dans l’ignorance ?

Derniers développements, lundi : un court enregistrement, diffusé par la chaîne NBC, où Donald Trump confie n’avoir rien su du licenciement de son ex-protégée, pourtant signifié en décembre 2017 par son propre chef de cabinet, John Kelly.

« Personne ne m’a rien dit », lui dit Donald Trump dans cet enregistrement. « Je n’aime pas du tout l’idée que tu partes. »

Chargée du « Bureau des relations publiques », Omarosa était l’une des conseillères les mieux rémunérées de la Maison-Blanche et l’une des rares femmes noires jusqu’à son départ en janvier.

Dimanche, elle avait rendu publique sa conversation avec le général John Kelly, enregistrée lorsqu’il lui apprenait son licenciement dans la salle de crise de la Maison-Blanche, une pièce pourtant ultra-sécurisée où les appareils électroniques sont interdits.

« Omarosa la folledingue »

Donald Trump a riposté lundi dans une tempête de gazouillis.

« Omarosa la folledingue, qui a été virée trois fois de The Apprentice, a maintenant été virée pour la dernière fois. Elle n’est jamais arrivée à rien, n’y arrivera jamais. Elle m’a supplié que je lui donne un boulot, les larmes aux yeux, j’ai dit OK. Les gens de la Maison-Blanche la détestaient. Elle était féroce, mais pas intelligente. »

En bien des aspects, la quadragénaire ressemble à son ancien mentor, comme son opération médiatique des derniers jours l’illustre bien.

« C’est sans doute la plus trumpienne » des personnalités de l’entourage de Donald Trump, a déclaré un ancien haut responsable de la Maison-Blanche au site Axios.

« Elle s’y connaît en médias, elle s’y connaît pour ce qui est de la présence physique, comme Trump… C’est pour ça que je pense qu’il est secoué. »