Trump s’en prend de nouveau à Harley-Davidson

Les dirigeants de Harley-Davidson ont révélé, fin juin, qu’ils prévoyaient de relocaliser en Europe la partie de leur production qui est destinée à ce marché.
Photo: John MacDougall Agence France-Presse Les dirigeants de Harley-Davidson ont révélé, fin juin, qu’ils prévoyaient de relocaliser en Europe la partie de leur production qui est destinée à ce marché.

Le président américain s’en est de nouveau pris dimanche à l’une de ses cibles préférées, Harley-Davidson, qu’il a conseillé de boycotter si le constructeur de motos déplaçait une partie de sa production en Europe comme il l’a annoncé.

Les dirigeants de la marque américaine emblématique ont révélé, fin juin, qu’ils prévoyaient de relocaliser en Europe la partie de leur production qui est destinée à ce marché.

Une décision prise pour éviter de subir le relèvement des taxes douanières européennes, passées de 6 à 31 % pour les motos Harley-Davidson, en représailles après l’instauration, par l’administration Trump, de nouveaux tarifs douaniers visant l’acier et l’aluminium importés aux États-Unis.

« De nombreux propriétaires de Harley Davidson prévoient de boycotter l’entreprise si la production part à l’étranger. Parfait ! », a tweeté Donald Trump dimanche.

« La plupart des autres sociétés viennent vers nous, y compris des concurrents de Harley », a enchaîné le président américain, martelant que la marque au célèbre logo orange et blanc avait pris une « très mauvaise décision ».

« Les États-Unis joueront bientôt sur un pied d’égalité » avec les autres pays, a conclu Donald Trump.

Lors de l’annonce du 25 juin, Harley-Davidson avait indiqué qu’il détaillerait sa stratégie fin juillet, mais le constructeur n’a jusqu’ici pas apporté ces précisions.

Fin juillet, il a néanmoins annoncé le lancement d’un nouveau modèle de petite cylindrée destiné au marché asiatique et indiqué que la moto serait produite en Asie par un partenaire du groupe.

Lors de la présentation des résultats trimestriels, quelques jours plus tôt, Harley-Davidson a indiqué que ses ventes aux États-Unis n’avaient pas été affectées, à ce stade, par les conséquences de la bataille douanière engagée par l’administration Trump.