La Russie continue à interférer dans l’élection de mi-mandat aux États-Unis

«C’est une menace que nous devons prendre très au sérieux», a mis en garde Christopher Wray, le patron du FBI (au centre de la photo).
Photo: Evan Vucci Associated Press «C’est une menace que nous devons prendre très au sérieux», a mis en garde Christopher Wray, le patron du FBI (au centre de la photo).

La Russie continue « d’essayer d’affaiblir et de diviser les États-Unis » en interférant dans le processus électoral américain et en s’immisçant dans le débat politique, a accusé jeudi le patron des services de renseignement américain, Dan Coats.

« C’est une menace que nous devons prendre très au sérieux », a mis en garde pour sa part Christopher Wray, le patron de la police fédérale (FBI), lui aussi présent à une conférence de presse consacrée à ce sujet à la Maison-Blanche.

Pour l’heure, les efforts de la Russie pour tenter de « miner nos valeurs fondamentales » ne sont pas aussi importants qu’ils l’ont été pour influer sur l’élection présidentielle de 2016, a noté M. Coats.

« Nous n’avons pas vu ce type d’efforts importants jusqu’à présent », a-t-il souligné.

Le directeur du FBI a noté qu’il n’avait pas pour l’instant constaté d’attaque directe sur les infrastructures électorales. « Ce que nous voyons, ce sont des tentatives d’influence mal intentionnées », a relevé M. Wray.

Les interférences de la Russie dans la présidentielle de 2016 a conduit le ministère de la Justice à nommer un procureur spécial chargé d’enquêter sur ces agissements, y compris une possible collusion entre l’équipe de campagne de Donald Trump et les autorités russes.

D'autres détails suivront.