Un jeu télévisé qui efface des dettes étudiantes

Selon les chiffres de la Réserve fédérale américaine, l’encours des crédits étudiants a atteint, fin mars, 1380 milliard $US, après avoir plus que doublé en dix ans.
Photo: YouTube Selon les chiffres de la Réserve fédérale américaine, l’encours des crédits étudiants a atteint, fin mars, 1380 milliard $US, après avoir plus que doublé en dix ans.

Rembourser les dettes contractées par de jeunes diplômés pour financer leurs études supérieures, c’est la proposition du jeu Paid Off, lancé par une chaîne câblée, qui attire l’attention sur le dossier explosif des crédits étudiants.

Selon les chiffres de la Réserve fédérale américaine, l’encours des crédits étudiants a atteint, fin mars, 1380 milliard $US, après avoir plus que doublé en dix ans (+138 %).

« Ma femme et moi avons galéré avec nos prêts étudiants et nous n’avons pu rembourser que parce que j’ai décroché une pub pour des sous-vêtements », explique Michael Torpey, acteur et présentateur de Paid Off, en préambule de l’émission, diffusée par la chaîne TruTV.

« Mais comment font les 45 millions d’Américains qui ont des dettes étudiantes ? interroge-t-il. Malheureusement, il n’y a pas beaucoup de pubs pour des sous-vêtements. »

34 740 $
C’est le coût moyen par an d’un cursus universitaire de base dans une université privée aux États-Unis.

Selon l’association College Board, le coût moyen d’un cursus universitaire de base (4 ans) aux États-Unis est de 34 740 $US par an dans une université privée, sans compter les frais annexes (hébergement, nourriture).

La plupart des facultés les plus prestigieuses sont des établissements privés.

De nombreux étudiants empruntent donc tout ou partie du coût de leur scolarité universitaire.

Questions-réponses

Certains des concurrents de Paid Off, jeu hebdomadaire diffusé depuis le 10 juillet, affichent des ardoises de plus de 40 000 $. Pour effacer le tout, il faut passer trois tours de questions d’un bon niveau, parfois pointues.

En fin d’émission, Michael Torpey rappelle les chiffres, édifiants, des dettes étudiantes. « Cela n’est pas une fatalité, dit-il. Appelez vos élus dès maintenant et dites leur que nous avons besoin d’une meilleure solution que ce jeu. »

« Pour nous, Paid Off est un jeu télévisé humoristique qui met un coup de projecteur sur une crise nationale », explique Lesley Goldman, producteur exécutif de l’émission.

« Les dettes étudiantes sont une réalité pour des millions de gens , ajoute-t-il, et s’il faut ce jeu absurde de Michael Torpey pour lancer un débat sur le sujet, nous sommes ravis de travailler avec lui pour faire de son idée une réalité. »

Lesley Goldman, qui est vice-président de TruTV et responsable du développement des nouveaux programmes, n’a pas souhaité communiquer de chiffres d’audience, mais assure que le buzz et les réactions sur les réseaux sociaux ont été « remarquables ».

Seize épisodes ont été tournés à ce jour.

TruTV n’a pas fixé de plafond à la dette de chaque concurrent, mais le responsable explique qu’un budget fixe a été affecté aux 16 épisodes, sans en préciser le montant.