Trump critique de nouveau ses alliés de l’OTAN

Lors du sommet de l’OTAN l’an dernier, Donald Trump avait déjà reproché à ses alliés de devoir «d’énormes sommes d’argent» à l’OTAN.
Photo: Jim Watson Agence France-Presse Lors du sommet de l’OTAN l’an dernier, Donald Trump avait déjà reproché à ses alliés de devoir «d’énormes sommes d’argent» à l’OTAN.

À la veille de son départ pour le sommet de l’OTAN, le président américain Donald Trump s’en est de nouveau pris lundi aux pays alliés, martelant sa demande d’augmentation de leurs dépenses militaires.

« Les États-Unis dépensent bien plus pour l’OTAN que n’importe quel autre Pays. Ce n’est pas juste, ni acceptable », a tweeté M. Trump qui quitte Washington mardi pour se rendre au sommet de l’OTAN mercredi et jeudi à Bruxelles.

« Bien que ces pays aient augmenté leurs contributions depuis que je suis devenu président, ils doivent en faire davantage », a poursuivi M. Trump.

 

Il y a deux semaines, le président américain avait adressé un courrier à neuf membres de l’OTAN, dont l’Allemagne, le Canada et la Norvège pour les sommer de respecter leur engagement de porter leurs dépenses militaires à 2 % de leur PIB en 2024.

« L’Allemagne est à 1 % (de son PIB), les États-Unis sont à 4 %, et l’OTAN bénéficie bien davantage à l’Europe qu’aux États-Unis. Selon certains, les États-Unis payent 90 % de l’OTAN, alors que de nombreux pays sont loin des 2 % (de leur PIB) qu’ils se sont engagés » à payer, a encore dénoncé le président américain.

 
 

Lors du sommet de l’OTAN l’an dernier, Donald Trump avait déjà reproché à ses alliés de devoir « d’énormes sommes d’argent » à l’OTAN.

Dans le même tweet lundi, il a également évoqué les différends commerciaux qui l’opposent aux Européens.

« En plus de cela, l’Union Européenne a un Excédent Commercial de 151 millions de dollars avec les États-Unis, avec d’importantes Barrières Commerciales sur les produits américains. NON ! », a-t-il écrit, confondant les millions avec les milliards. Les États-Unis ont en effet accusé en 2017 un déficit commercial d’un peu plus de 151 milliards de dollars vis-à-vis de l’Union européenne.