Protestations dans la NFL: Donald Trump en remet

Des joueurs des 49ers de San Francisco s'agenouillent pendant l'hymne national, avant un match contre les Redskins de Washington, en octobre 2017.
Photo: Alex Brandon Archives Associated Press Des joueurs des 49ers de San Francisco s'agenouillent pendant l'hymne national, avant un match contre les Redskins de Washington, en octobre 2017.

Washington — Les joueurs de la NFL qui mettent genou à terre pendant l’hymne national, majoritairement noirs, ne « devraient peut-être pas être dans le pays », a déclaré jeudi le président Donald Trump.

Le président américain réagissait lors d’une entrevue sur la chaîne Fox News à l’annonce faite la veille par la NFL, qui a décidé d’obliger les joueurs à rester debout pendant l’hymne avant les matches.

« Je pense que c’est bien. Je ne pense pas qu’ils devraient rester dans les vestiaires. Il faut se mettre fièrement debout pour l’hymne national, ou vous ne devriez pas pouvoir jouer. Vous ne devriez pas être là. Peut-être que vous ne devriez même pas être dans le pays », a-t-il expliqué.

La NFL a pris cette décision mercredi, après une réunion des propriétaires des équipes, tout en autorisant les protestataires à rester dans les vestiaires pendant l’hymne.

« Les propriétaires de NFL ont fait le bon choix », a également déclaré le milliardaire républicain.

L’association des joueurs de NFL (NFLPA) a fait part de son mécontentement à l’issue de cette décision, regrettant de ne pas avoir été consultée.

Mercredi, le vice-président Mike Pence avait accueilli la nouvelle en tweetant « #Winning » (#Victoire).

Ce mouvement de protestation s’est développé l’automne dernier où des centaines de joueurs, le plus souvent noirs, ont décidé de mettre genou à terre lors de l’hymne national joué pendant les matches pour dénoncer les violences raciales aux États-Unis.

Le mouvement avait pris de l’ampleur quand le président américain avait réagi, estimant qu’il s’agissait d’un comportement antipatriotique et insultant les joueurs qui y participaient de « fils de pute ».

Plusieurs joueurs des Eagles de Philadelphie, vainqueurs du dernier Super Bowl, ont déjà annoncé qu’ils ne participeraient pas à une rencontre avec M. Trump à la Maison-Blanche le mois prochain.