Donald Trump ne pourra plus bloquer ses détracteurs sur Twitter, déclare une juge

Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir

Le président Donald Trump viole le premier amendement de la Constitution des États-Unis lorsqu’il bloque ses critiques sur Twitter en raison de leur discours politique, a déterminé une juge mercredi.

Naomi Reice Buchwald, juge de district à Manhattan, n’est toutefois pas allée jusqu’à ordonner à M. Trump ou à un subalterne de cesser d’empêcher les critiques de voir son compte Twitter, soulignant qu’il était suffisant de souligner qu’il était anticonstitutionnel de continuer à le faire.

La juge Buchwald écrit qu’« un jugement déclaratoire devrait être suffisant, car aucun fonctionnaire du gouvernement — y compris le président — n’est au-dessus de la loi, et tous les fonctionnaires du gouvernement sont censés suivre la loi telle qu’elle a été déclarée ».

La plainte avait été déposée en juillet dernier par le Knight First Amendment Institute de l’Université Columbia et sept personnes ayant été bloquées par M. Trump après avoir critiqué le président républicain.

Le département de la Justice n’a pas immédiatement répondu à un message. Un avocat du gouvernement n’a pas répondu à une demande de commentaires par courriel.

Jameel Jaffer, directeur général du Knight Institute, a déclaré dans un communiqué que son organisation était satisfaite.

« La pratique du président consistant à bloquer les critiques sur Twitter est pernicieuse et anticonstitutionnelle, et nous espérons que cette décision mettra fin à cette situation », a-t-il déclaré.

La poursuite a été déposée après que M. Trump eut bloqué certaines personnes à partir de son compte @realdonaldtrump, créé il y a 9 ans et comptant plus de 50 millions d’abonnés.

Les avocats du département de la Justice avaient soutenu que c’était la prérogative de M. Trump, et que c’était comme si le président, dans une pièce remplie de gens, décidait de ne pas en écouter certains.

La juge Buchwald a estimé que les publications sur Twitter sont transmises dans un forum public.

« Le président présente le compte @realDonaldTrump comme un compte présidentiel par opposition à un compte personnel et plus important encore, utilise le compte pour prendre des mesures qui ne peuvent être prises que par le président, en tant que président », a déclaré la juge.

Après une audience plus tôt cette année, la juge avait suggéré à M. Trump d’empêcher certains de ses critiques de lui répondre plutôt que de les bloquer. À l’époque, un avocat du département de la Justice avait convenu que cette mesure permettrait à M. Trump d’éviter un message qu’il ne veut pas lire.