Trump promet de «contrer très fermement» toute ingérence russe dans les élections

Le président américain, Donald Trump
Photo: Saul Loeb Agence France-Presse Le président américain, Donald Trump

Washington — Le président américain, Donald Trump, a promis mardi de « contrer très vivement » toute ingérence de la Russie dans les futures élections américaines, au cours d’une conférence de presse à la Maison-Blanche.

Le président a aussi affirmé que l’ingérence avérée de la Russie dans la présidentielle de 2016 — une affaire qui empoisonne sa présidence — « n’a eu absolument aucun impact sur les votes ».

Selon les services de renseignement américains, le pouvoir russe a mené une opération concertée et planifiée pour influencer l’élection présidentielle en faveur de Donald Trump, notamment à travers l’utilisation des réseaux sociaux et la diffusion de « fausses nouvelles ».

L’impact de cette campagne est toutefois difficile à mesurer.

Si le président reconnaît l’ingérence de la Russie du bout des lèvres, il souligne toujours que d’autres pays ont sans doute fait de même, voire même des individus. Un argument qu’il a encore répété mardi, lors de sa conférence de presse en présence du premier ministre suédois Stefan Löfven.

L’amiral Mike Rogers, patron de la NSA — la grande centrale de renseignement électronique américaine — s’est plaint en février au Congrès que les États-Unis ne faisaient pas assez pour contrecarrer les cyberattaques russes.

« Je pense que le président [russe Vladimir] Poutine est très clairement arrivé à la conclusion qu’il n’y avait pas grand risque » à mener ce type d’actions, avait-il indiqué.

« On ne peut pas dire que rien n’a été fait mais, de mon point de vue, ce n’est pas assez », alors que des élections législatives se tiennent en novembre, avait ajouté l’amiral.

Au-delà de l’ingérence russe, M. Trump a toujours nié qu’il y ait eu collusion entre son équipe de campagne et le Kremlin pour l’aider dans sa course à la fonction suprême américaine.

Plusieurs enquêtes sont en cours sur ce sujet, deux au Congrès et surtout celle du procureur spécial Robert Mueller, qui a déjà procédé à l’inculpation de plusieurs anciens conseillers de M. Trump et a obtenu la collaboration de plusieurs d’entre eux à son enquête en échange de la clémence de la Justice.