La Cour suprême rejette une demande de Trump sur les «Dreamers»

Des manifestants en faveur des «Dreamers» se sont réunis devant le Capitol, à Washington, en janvier dernier.
Photo: Jose Luis Magana Associated Press Des manifestants en faveur des «Dreamers» se sont réunis devant le Capitol, à Washington, en janvier dernier.

Washington — La Cour suprême a rejeté lundi une demande du gouvernement Trump de trancher immédiatement sur le programme mis en place par Barack Obama protégeant d’une expulsion quelque 700 000 « Dreamers », entrés clandestinement aux États-Unis.

À moins que le Congrès ne trouve rapidement un compromis sur ce thème, la situation de ces jeunes, autorisés à travailler et étudier par le gouvernement précédent, pourrait donc rester incertaine pendant encore plusieurs mois jusqu’à ce que la justice se prononce définitivement.

Le programme, connu sous le nom de Daca (Deferred Action for Childhood Arrivals), a été abrogé par Donald Trump, qui a donné au Congrès jusqu’au 5 mars pour régler définitivement la question. Mais un juge fédéral a suspendu la décision.

Dans cette décision très attendue sur un sujet politiquement explosif, la Cour a refusé de se saisir du dossier à ce stade, comme le souhaitait le président américain, estimant qu’il appartenait à une cour d’appel de se prononcer d’abord.

Programme « illégal »

Réagissant à cette décision, la Maison-Blanche a réaffirmé sa conviction que ce programme était « illégal » et appelé de ses voeux une décision rapide. Les démocrates ont de leur côté salué cette annonce tout en soulignant l’impérieuse nécessité de parvenir à une solution politique sur ce dossier épineux.

« Cette décision donne un peu plus de temps, mais elle ne résout pas le problème de fond et n’atténue en rien l’urgence d’agir pour le Congrès », a estimé le sénateur Richard Blumenthal.

Le programme Daca est au coeur d’un bras de fer entre le président républicain et les élus démocrates du Congrès. Le milliardaire a proposé une solution pour les « Dreamers » en échange du financement du mur à la frontière avec le Mexique qu’il a promis sur les estrades de campagne.