Ingérence électorale: treize Russes inculpés aux États-Unis pour complot

L’enquête n’a toutefois pas de preuve que cette campagne de propagande a eu un impact sur le résultat de l’élection, a précisé devant la presse le numéro deux du ministère de la Justice, Rod Rosenstein.
Photo: Win McNamee Getty Images Agence France-Presse L’enquête n’a toutefois pas de preuve que cette campagne de propagande a eu un impact sur le résultat de l’élection, a précisé devant la presse le numéro deux du ministère de la Justice, Rod Rosenstein.

Washington — La justice américaine a frappé un grand coup vendredi en annonçant l’inculpation de treize Russes, dont un proche de Vladimir Poutine, et trois entités russes pour avoir interféré dans le processus politique américain en favorisant la candidature de Donald Trump à l’élection présidentielle de 2016.

Tous les inculpés sont accusés de complot en vue de tromper les États-Unis, trois d’entre eux sont accusés également de fraude bancaire et cinq autres de vol aggravé d’identité, selon un communiqué du procureur spécial chargé de ce dossier, Robert Mueller.

L’enquête n’a toutefois pas de preuve que cette campagne de propagande a eu un impact sur le résultat de l’élection, a précisé devant la presse le no 2 du ministère de la Justice, Rod Rosenstein. Il a aussi souligné qu’aucun Américain n’avait « participé sciemment à cette activité illégale ». « Les accusés auraient mené ce qu’ils appellent une guerre de l’information contre les États-Unis, avec le but affiché de répandre la méfiance à l’encontre des candidats et du système politique en général », a affirmé M. Rosenstein.

La campagne était dirigée depuis la Russie par l’Agence de recherche sur l’Internet (Internet Research Agency) et financée par Evgueni Prigozhin, un proche du président russe, Vladimir Poutine, à travers deux de ses sociétés. Les douze autres inculpés sont des membres de l’agence.

M. Prigozhin est surnommé le « chef », car il dirige la société Concord, qui s’occupe notamment de la restauration lors des réceptions au Kremlin. Cette société, mentionnée dans l’acte d’accusation, fait déjà l’objet de sanctions américaines. L’acte d’accusation affirme que cette agence, basée à Saint-Pétersbourg, a soutenu à partir de la mi-2016 la campagne de M. Trump et dénigré la candidate démocrate Hillary Clinton.

Le groupe, « se faisant passer pour des ressortissants américains et créant de faux personnages », a administré des comptes sur les réseaux sociaux — Facebook, Twitter, YouTube et Instagram — qui « traitaient de questions politiques et sociales clivantes », comme l’immigration ou la religion. Il aurait notamment créé un faux compte du Parti républicain dans le Tennessee qui a attiré plus de 100 000 abonnés, ou de faux comptes de militants musulmans et de la cause noire. Quelques jours avant le scrutin, ces comptes avaient appelé à ne pas voter pour Mme Clinton, alors que ces communautés étaient majoritairement favorables à la candidate démocrate.

Des membres de l’agence auraient également voyagé dans plusieurs États des États-Unis et la société aurait notamment contacté « à leur insu » des membres de l’équipe de M. Trump, dont l’identité n’a pas été révélée.

Des centaines de personnes impliquées

« Des centaines de personnes » ont participé à cette vaste campagne de déstabilisation dotée d’un budget de plusieurs millions de dollars, selon l’acte d’accusation.

La presse russe a déjà évoqué cette agence, créée en 2014 et qui serait liée au renseignement russe. Dans un premier temps utilisés à des fins de politique intérieure, les « trolls russes » ont été réorientés à partir de 2015 pour cibler les États-Unis.

M. Mueller cherche à établir si la Russie a interféré dans l’élection présidentielle pour aider Donald Trump à battre Hillary Clinton, s’il y a eu collusion de l’équipe de campagne de Donald Trump avec la Russie et si M. Trump a tenté de faire obstacle aux investigations.

Le président Trump a toujours rejeté toute collusion entre son équipe de campagne et la Russie, et Moscou, qui dément régulièrement les accusations américaines, a qualifié vendredi d’« absurde » l’inculpation de ses ressortissants. M. Trump a réaffirmé de son côté que sa campagne n’avait rien fait d’illégal et qu’il n’y avait pas eu collusion avec Moscou.

Trois membres de l’équipe de campagne de M. Trump, dont son ex-directeur Paul Manafort, ont été mis en accusation et l’ancien conseiller du président à la sécurité nationale Michael Flynn a reconnu avoir menti au FBI et a accepté de coopérer avec la justice.

Les principaux services de renseignement — dont la CIA et la NSA — et le FBI ont déjà dénoncé l’ingérence russe dans la présidentielle de 2016 par le biais de campagnes sur les réseaux sociaux et du piratage d’informations provenant du camp démocrate.

Twitter a ainsi fermé près de 4000 comptes douteux liés à l’agence russe. Selon Facebook, environ 150 millions d’utilisateurs de son réseau et d’Instagram ont vu des contenus créés par des opérateurs russes pour influencer la présidentielle.

L’enquête de Mueller loin d’être terminée

L’inculpation de treize Russes n’est qu’une des pièces du casse-tête que tente de reconstituer l’enquêteur Robert Mueller sur les liens entre la Russie et le président Donald Trump. Ces accusations devraient marquer le début d’une série à venir.

« L’enquête de Mueller a trois volets connus et les accusations de vendredi viennent montrer que la partie de l’enquête sur l’ingérence de la Russie dans les élections de 2016 avance à bon rythme », explique Julie-Pier Nadeau, chercheuse à l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand.

Ces accusations sont loin de marquer la fin de l’importante investigation menée par Mueller, selon Mme Nadeau.

« Il enquête également sur une possible collusion entre les Russes et la campagne de Trump ainsi que sur une possible entrave à la justice lorsque le président Trump a renvoyé James Comey [l’ancien chef du FBI] », souligne-t-elle.

Les inculpations de vendredi ne sont pas une bonne nouvelle pour le président Donald Trump, qui a toujours démenti toute ingérence de la Russie.

« On ne sait pas si M. Trump était au courant, mais aujourd’hui, il ne peut plus nier que les Russes ont fait de l’interférence dans le processus électoral », mentionne Mme Nadeau.

Dans les dernières semaines, rappelle la chercheuse, l’enquêteur Mueller a rencontré plusieurs anciens membres de la garde rapprochée de Trump, dont son ancien conseiller George Papadopoulos, l’ancien général Michael Flynn et son ancien directeur de campagne Paul Manafort.

Le Devoir