Trump souhaite augmenter les dépenses militaires en sabrant la diplomatie

Le gouvernement Trump a dévoilé lundi sa proposition de budget pour l’année fiscale 2019.
Photo: Mandel Ngan Agence France-Presse Le gouvernement Trump a dévoilé lundi sa proposition de budget pour l’année fiscale 2019.

Le gouvernement Trump a dévoilé lundi sa proposition de budget pour l’année fiscale 2019, qui confirme sa volonté d’accroître les dépenses militaires et de réduire les fonds du département d’État réservés à la diplomatie.

Les dépenses militaires passeraient de 612 milliards de dollars pour 2018 à 686 milliards pour 2019. Une hausse du budget du Pentagone de plus de 10 %, aussi importante que les réductions des dépenses humanitaires et diplomatiques seraient draconiennes.

Le gouvernement Trump ne cache donc pas son objectif de donner la priorité à la Défense, dans le contexte d’une compétition accrue avec la Russie et la Chine, selon le Pentagone.

« Si on ne s’y attaque pas, l’érosion de l’avantage militaire des États-Unis contre la Chine et la Russie pourrait affaiblir notre capacité à dissuader les agresseurs potentiels et l’usage de la force dans des régions stratégiques clés », a expliqué à des journalistes un responsable du Pentagone.

Dans son budget, le gouvernement Trump souhaite 25 900 soldats supplémentaires, ainsi que des investissements majeurs pour les avions, les bateaux, les systèmes au sol et les missiles de défense.

Le budget pour l’année fiscale 2019 a peu de chances d’être adopté dans sa forme initiale, mais adresse un signal politique sur les priorités de la Maison-Blanche.

Les États devront le faire eux-mêmes si on ne le fait pas, mais j’aimerais bien aider les États

Le Congrès, qui dispose du pouvoir en matière de finances publiques, travaille déjà sur un budget pour 2018 et 2019 à la suite d’un accord entre les républicains et les démocrates du Sénat.

Parmi les parlementaires, l’objectif de réduction des crédits du département d’État devrait avoir du mal à passer. L’an dernier déjà, une initiative similaire avait mis vent debout des parlementaires de tous bords.

« Aujourd’hui, le président Trump a préconisé 39,3 milliards de dollars de budget pour l’année fiscale 2019 pour le département d’État et l’agence internationale pour le développement (USAID) », s’est félicité Rex Tillerson.

À titre de comparaison, pour 2018, le montant demandé par le gouvernement était de 37,6 milliards.

Si le Congrès avait approuvé la demande pour 2018, la réduction des dépenses pour la diplomatie aurait été de 30 % par rapport aux 55,6 milliards de 2017.

Les parlementaires de chaque côté de l’échiquier politique avaient estimé qu’une telle réduction, draconienne, aurait été dangereuse pour la première diplomatie du monde, engagée dans de nombreuses crises internationales.

Les dépenses pour la sécurité des ambassades, la construction et l’entretien passeraient de 1,42 milliard de dollars dans le plan de 2018 à 1,66 milliard en 2019.

Cette demande de hausse intervient alors que la Maison-Blanche souhaite accélérer la mise en oeuvre de sa décision controversée de déménager l’ambassade des États-Unis en Israël, de Tel-Aviv à Jérusalem.

Le béton avant l’aide internationale

Le président Trump a présenté lundi son plan pour rénover les infrastructures américaines vieillissantes en utilisant notamment des ressources financières que les États-Unis consacraient jusqu’à maintenant à la coopération internationale, au Moyen-Orient entre autres. « Cela va être une grande semaine pour les infrastructures. Après avoir bêtement dépensé 7000 milliards de dollars au Moyen-Orient, il est maintenant temps d’investir dans notre pays », a affirmé le président républicain dans un tweet lundi. Selon ce plan, qui nécessite l’approbation du Congrès, l’État fédéral devrait consacrer 200 milliards de dollars sur 10 ans pour améliorer routes, autoroutes, ponts, et même construire des réseaux numériques à large bande.