Ingérence russe: le FBI dans le viseur des républicains

La commission du renseignement de la Chambre des représentants, présidée par le républicain Devin Nunes, a approuvé lundi soir la divulgation du document de quatre pages.
Photo: Nicholas Kamm Agence France-Presse La commission du renseignement de la Chambre des représentants, présidée par le républicain Devin Nunes, a approuvé lundi soir la divulgation du document de quatre pages.

Washington — Les parlementaires républicains ont décidé de publier un rapport confidentiel qui révèle selon eux des abus dans la surveillance de la campagne électorale de Donald Trump en 2016, alors que l’enquête du procureur spécial Robert Mueller se rapproche du président américain.

Le ministère de la Justice et le FBI se sont fermement opposés à la publication de ce rapport, qui contiendrait des informations secrètes sur les opérations américaines de contre-espionnage.

Mais la Commission du renseignement de la Chambre des représentants, présidée par le républicain Devin Nunes, a passé outre et approuvé lundi soir la divulgation du document de quatre pages.

Un an après que nos agences de renseignement ont unanimement conclu que la Russie a attaqué notre démocratie, les républicains à la chambre s’en prennent au FBI et au ministère de la Justice

La Maison-Blanche a désormais cinq jours pour décider si ce rapport doit rester secret, mais selon des informations de presse non confirmées, le président serait favorable à sa publication.

Selon Mark Meadows, un républicain radical, il révélerait « des abus de surveillance de la part du gouvernement » dans l’enquête des agences de renseignement, qui avaient conclu à une ingérence de Moscou pendant la campagne électorale. Le rapport pointe notamment les documents utilisés par le ministère pour obtenir l’autorisation de surveiller Carter Page, un conseiller diplomatique du candidat Trump ayant des contacts réguliers avec des responsables russes.

Pour les démocrates, le rapport est un moyen détourné de discréditer une autre enquête, beaucoup plus embarrassante pour le président, ouverte en mai 2017 par le procureur spécial Robert Mueller sur une éventuelle collusion entre le Kremlin et l’équipe Trump pour influencer la campagne. Le but des républicains serait d’obtenir le départ de M. Mueller.

Donald Trump et son équipe ont toujours nié toute collusion, dénonçant « une chasse aux sorcières ».

« Un an après que nos agences de renseignement ont unanimement conclu que la Russie a attaqué notre démocratie, les républicains à la Chambre s’en prennent au FBI et au ministère de la Justice », a déploré mardi l’élu démocrate Mark Warner.

L’enquête Steele au coeur des critiques

Selon les médias, le rapport concentre ses critiques sur un ex-espion britannique, Christopher Steele, auteur d’une enquête controversée sur les liens entre Donald Trump et la Russie. Menée pendant la campagne présidentielle, l’enquête a été payée par la société Fusion GPS, commanditée notamment par l’équipe de la candidate démocrate Hillary Clinton.

L’enquête Steele a également servi de base au ministère de la Justice pour obtenir l’autorisation d’intercepter les communications Internet de Carter Page. Pour les républicains, le ministère de la Justice a fait une erreur — au pire une faute — en s’appuyant sur un « dossier Steele » partial, car financé par les démocrates qui étaient alors encore au pouvoir. La commission vise notamment le no 2 du ministère, Rod Rosenstein, qui a obtenu la prolongation de cette autorisation après l’arrivée au pouvoir de M. Trump.

Nous devons faire rendre des comptes à ces gens s’ils ont enfreint les règles, s’ils ont agi de manière inappropriée

Paul Ryan, le président républicain de la Chambre, a estimé nécessaire la publication du rapport, évoquant de possibles « malversations de certains individus au FBI » qui seraient des opposants au président. « Nous devons faire rendre des comptes à ces gens s’ils ont enfreint les règles, s’ils ont agi de manière inappropriée », a-t-il affirmé mardi devant la presse.

Mais pour Adam Schiff, chef de la minorité démocrate à la Commission du renseignement, les républicains utilisent un rapport « rempli d’inexactitudes » et qui dresse « un portrait partial du FBI » alors que le président est désormais visé directement dans l’enquête. Le procureur Mueller souhaite en effet l’interroger pour tenter de déterminer si M. Trump s’est rendu coupable d’entraves à la justice, notamment en limogeant en mai 2017 le patron du FBI James Comey.

La semaine dernière, M. Trump a démenti des informations de presse selon lesquelles il avait aussi voulu limoger en juin le procureur Mueller, avant de se raviser.

« C’est une tentative de mettre les chariots en cercle autour de la Maison-Blanche et de créer une diversion face à l’enquête russe », a estimé M. Schiff.

Selon les démocrates, les républicains tentent d’impliquer M. Rosenstein, qui avait nommé le procureur spécial, pour obtenir son éviction du ministère, en espérant que son remplaçant aurait les mains libres pour limoger Robert Mueller et mettre fin à l’enquête.


Washington promet des sanctions

Les États-Unis ont publié mardi une liste de personnalités influentes et oligarques russes menacés de sanctions « dans un futur proche », accueillie avec ironie et colère à Moscou où l’on regrette un nouveau coup porté aux relations américano-russes. Cette « liste du Kremlin », comme l’ont surnommée les médias russes, était attendue : le Congrès américain avait réclamé au gouvernement de Donald Trump un « rapport détaillé » sur ces personnalités proches du président russe Vladimir Poutine, dans le cadre d’une loi adoptée l’été dernier pour punir la Russie après les accusations d’ingérence dans l’élection présidentielle américaine, mais aussi pour son attitude en Ukraine.

Vladimir Poutine a dénoncé « un acte inamical » qui « complique les relations russo-américaines, déjà dans un état difficile ». Mais, en pleine campagne pour sa réélection en mars, il a ironisé sur le caractère un peu fourre-tout de cette liste, dont il apparaît au final comme le grand absent. « C’est vexant », a-t-il lancé.

La liste de 210 noms (96 hommes d’affaires et 114 responsables politiques) comprend toutes les personnalités classées milliardaires en dollars par le magazine Forbes, sans distinction de proximité réelle avec le pouvoir ou de fonction officielle.
2 commentaires
  • Gilles Bonin - Abonné 30 janvier 2018 18 h 14

    À quoi s'attendre

    de Nunez, le roquet de Trump, mêlé aux tentatives de bloquer l'enquête et les obstructions à la justice... Pauvres USA et pauvres républicains

  • Pierre Fortin - Abonné 31 janvier 2018 10 h 51

    Quelques nuances importantes


    Le Département de la Justice et le FBI ont plus précisément déclaré que ce rapport de quatre pages comportait des informations imprudentes et irréfléchies (reckless). Comment peut-il en être autrement lorsque la Commission Judiciaire du Sénat soupçonne, avec de lourds arguments, que leurs services "auraient été corrompus" dans le but favoriser la campagne de Hillary Clinton en
    1) sabotant l’enquête sur la disparition des courriels du serveur privé de Hillary Clinton dans le but de la dégager de toute accusation;
    2) espionnant Trump et/ou son équipe en toute illégalité pendant la campagne;
    3) faisant obstruction aux fonctions du Président élu depuis le 8 novembre 2016.

    D'autre part, le directeur du renseignement national, James Clapper, et le directeur de la CIA, John Brennan, ont témoigné en mai 2017 devant le Congrès qu’il n’était pas vrai que les 17 agences étaient d’accord avec la conclusion du piratage informatique russe. Il ne s'agissait en fait que de l'affirmation des trois agences, celles qui sont précisément l'objet de l'enquête actuelle. Pourquoi l'AFP répète-t-elle encore cette fausseté qui fut corrigée, même par le New York Times ?

    Si le président Trump a cinq jours pour empêcher la publication du rapport, le Président du Comité national démocrate, Thomas Perez, a, lui, jusqu'au 8 février pour répondre aux questions que lui a adressées le Président de la Commission Judiciaire du Sénat, le Sénateur Chuck Grassley (R), le 25 janvier 2018 : https://www.judiciary.senate.gov/imo/media/doc/2018-01-25%20CEG%20LG%20to%20DNC%20(Steele%20Dossier).pdf

    Les avocats de la Commission ont sûrement déjà les réponses aux questions qu'ils posent et ils disposent vraisemblablement d'informations incriminantes pour balancer ainsi au public les noms de personnages aussi importants de l'administration.

    C'est dans ce contexte qu'est survenue hier la démission surprise du numéro 2 du FBI, Andrew McCabe.