Trump veut changer les lois américaines sur la diffamation

Le président américain Donald Trump
Photo: Kevin C. Cox Achives Getty Images/AFP Le président américain Donald Trump

Le président américain Donald Trump a fait part mercredi de son intention de changer les lois américaines en matière de diffamation, après la publication d’un livre controversé, très critique de la présidence et de la personnalité du milliardaire républicain.

« Nous allons revisiter les lois de notre pays en matière de diffamation », a-t-il déclaré depuis la Maison-Blanche après une réunion avec ses ministres, ajoutant qu’il souhaitait dorénavant que « quand quelqu’un dit quelque chose de faux et diffamatoire sur une personne, cette dernière puisse avoir des recours importants devant la justice ».

On veut de l’équité. Vous ne pouvez pas dire des choses fausses, en sachant qu’elles sont fausses, et sourire alors que l’argent tombe sur votre compte.

 

« Nos lois actuelles sur la diffamation sont une escroquerie et une honte, elles ne représentent pas nos valeurs américaines », a-t-il continué.

Le milliardaire de 71 ans a multiplié les annonces sur le sujet de la diffamation depuis la publication vendredi du livre du journaliste Michael Wolff Fire and Fury, qui dresse un portrait au vitriol de l’ancien magnat de l’immobilier.

Par voie d’avocat, Donald Trump a demandé à ce que le livre ne soit pas publié, en vain. « On veut de l’équité. Vous ne pouvez pas dire des choses fausses, en sachant qu’elles sont fausses, et sourire alors que l’argent tombe sur votre compte », a-t-il déclaré.

Il est cependant peu probable que son annonce de mercredi se traduise par des actions concrètes. Changer les lois américaines sur la diffamation impliquerait une bataille judiciaire qui finirait sûrement devant la Cour suprême du pays, ces lois n’étant pas fédérales, mais du ressort des États.

Depuis la nomination par Donald Trump du juge Neil Gorsuch à la Cour suprême, la haute juridiction est à majorité conservatrice, mais rien n’indique qu’elle se prononcerait en faveur de l’exécutif américain.

4 commentaires
  • Jean-Pierre Martel - Abonné 10 janvier 2018 16 h 50

    Boomerang

    Le président américain ne risque-t-il pas d’être la première victime de sa loi ? Lui qui marie si bien la calomnie et les ’Trumperies’.

  • Colette Pagé - Abonnée 10 janvier 2018 16 h 52

    Menteur pathologique qui s'ignore! Un grand malade.

    Se pourrait-il que les premiers utilisateurs du changement de loi soient les victimes de ce Président un menteur pathologique, narcissique, misogyne et voyou.

    • Brigitte Garneau - Abonnée 10 janvier 2018 17 h 53

      Et voilà, tout est dit! C'est à se demander si la VÉRITÉ existe encore dans ce monde de mensonges de "fakes news".

  • Gilles Bonin - Abonné 10 janvier 2018 17 h 25

    Bah!

    Bah! ça pourrait lui retomber sur le nez avec toutes les âneries et faussetés qu'il profère ur tout et chacun.