L’ancien shérif anti-immigration Joe Arpaio candidat au Sénat américain

Joe Arpaio a été le shérif du comté de Maricopa, englobant la ville de Phoenix, où il faisait une chasse assumée aux clandestins.
Photo: Joshua Lott Archives Getty Images/AFP Joe Arpaio a été le shérif du comté de Maricopa, englobant la ville de Phoenix, où il faisait une chasse assumée aux clandestins.

L’ancien shérif anti-immigration Joe Arpaio, gracié par le président Donald Trump après avoir été condamné pour ses méthodes policières, a annoncé mardi être candidat aux primaires républicaines en vue de l’élection sénatoriale dans l’Arizona en novembre.

« Le président Trump a besoin de mon aide au Sénat », a-t-il annoncé dans un message à ses partisans. « Il a besoin d’une voix sur laquelle il puisse compter, d’une personne qui connaît les dangers auxquels le pays est confronté ».

« Avec tant de politiques du président Obama toujours en place, notre pays n’est pas en sécurité, en tout cas pas encore », a-t-il ajouté.

Âgé de 85 ans, Joe Arpaio est l’une des personnalités politiques les plus controversées des États-Unis. Il a été le shérif du comté de Maricopa, englobant la ville de Phoenix, où il faisait une chasse assumée aux clandestins.

Il affichait fièrement la prison en extérieur où, malgré la chaleur implacable, il enfermait les détenus qui étaient forcés de porter des sous-vêtements roses. Bête noire des démocrates et de la communauté hispanique, il a cependant été réélu shérif pendant près d’un quart de siècle par les habitants du comté, jusqu’à sa défaite dans les urnes en 2016.

Sa méthode ? Cibler systématiquement les hispanophones, à la recherche des sans-papiers, malgré une injonction fédérale anti-discrimination... ce qui lui a valu d’être condamné par un juge fédéral.

Sa grâce le 25 août 2017 par le président Trump a été dénoncée par les démocrates comme étant un permis de discriminer.

M. Arpaio affrontera plusieurs adversaires républicains pour les primaires, qui auront lieu le 28 août et s’annoncent comme parmi les plus féroces de l’année. Kelli Ward, soutenue par l’ancien conseiller présidentiel Steve Bannon, a déjà annoncé sa candidature, et l’élue à la Chambre des représentants Martha McSally devrait se joindre à la course, selon plusieurs médias.

Le sénateur républicain de l’Arizona Jeff Flake, un conservateur opposé à Donald Trump, a annoncé cet automne qu’il ne briguerait pas de nouveau mandat. L’autre sénateur de cet État frontalier du Mexique est John McCain, dont le mandat court jusqu’en 2022.

En novembre, la totalité de la Chambre des représentants et le tiers du Sénat seront renouvelés dans le cadre des élections dites de mi-mandat.