Trump poursuit son offensive contre le livre dont il fait l’objet

<p>Des membres de la Maison-Blanche ont défendu dans les émissions politiques la capacité de M. Trump à diriger le pays.</p>
Photo: Andrew Harnik Associated Press

Des membres de la Maison-Blanche ont défendu dans les émissions politiques la capacité de M. Trump à diriger le pays.

Le président américain, Donald Trump, a de nouveau raillé dimanche un livre polémique qui met en doute sa capacité à gouverner, le qualifiant de « livre bidon » alors que des responsables de son gouvernement ont défendu son « génie politique ».

Il a également vu Stephen Bannon, son ancien conseiller spécial devenu paria, présenter des excuses alambiquées et tardives après avoir accusé le fils aîné du président, Donald Trump Jr, de « trahison ».

Le débat sur la personnalité du 45e président a été relancé par la publication vendredi du livre du journaliste Michael Wolff Fire and Fury : Inside the Trump White House (« Le feu et la colère, dans la Maison-Blanche de Trump »).

L’auteur y dresse un portrait au vitriol de l’ex-magnat de l’immobilier, affirmant notamment que tout son entourage doute de sa capacité à gouverner. Il évoque notamment son incapacité à se concentrer, ses pertes de mémoire et sa préférence pour la télévision comme source principale d’information.

Michael Wolff a affirmé dimanche sur NBC qu’il n’avait pas eu pour objectif d’écrire un livre délibérément défavorable sur le président. « J’aurais été ravi avec une autre histoire : “Donald Trump, ce président inattendu, va en fait réussir”. Mais ce n’est pas ça. Il ne va pas réussir. C’est pire que ce que l’on pensait », a-t-il expliqué.

« Je dois me coltiner un livre bidon écrit par un auteur complètement discrédité », avait tweeté le président américain plus tôt dans la matinée après s’être qualifié, la veille, de « génie très stable » pour répondre aux accusations sur ses capacités intellectuelles.

Des membres de la Maison-Blanche ont également défendu dans les émissions politiques du dimanche matin la capacité de M. Trump à diriger le pays.

« Le président est un génie politique qui a gagné contre 17 personnes incroyablement talentueuses [lors des primaires républicaines], qui a renversé la dynastie Bush, qui a renversé la dynastie Clinton », a ainsi affirmé sur CNN le conseiller à la Maison-Blanche Stephen Miller qualifiant le livre de « travail de fiction très mal écrit ».

Le livre de Michael Wolff se veut une compilation de confidences rassemblées auprès du président et d’environ 200 conseillers de M. Trump sur 18 mois pendant la campagne électorale et depuis l’élection du président.

Discours contradictoires

Dans un passage, Stephen Bannon estime notamment que Donald Trump fils a commis une « trahison » en rencontrant en juin 2016 une avocate russe qui offrait des informations compromettantes sur Hillary Clinton.

Cette sortie avait mis en rage le président Trump, qui avait accusé son ex-stratégiste en chef d’avoir « perdu la raison » alors que l’entourage de M. Trump est visé par une enquête du procureur spécial Robert Mueller sur une possible collusion avec la Russie en vue d’influencer l’élection de novembre 2016 au profit du candidat républicain.

« Donald Trump Jr. est un patriote et un homme bien », a assuré dimanche M. Bannon dans un communiqué, regrettant « le retard de ma réponse aux informations inexactes concernant Don Jr ». « Mes propos visaient Paul Manafort », ancien chef de campagne de M. Trump et depuis inculpé dans l’affaire russe, a-t-il ajouté.

Photo: Nicholas Kamm Agence France-Presse Steve Bannon

Le président américain et les responsables du gouvernement tentent depuis la parution des premiers extraits de discréditer Michael Wolff, affirmant qu’il n’a jamais interviewé M. Trump à la Maison-Blanche.

Le journaliste, qui affirme avoir parlé avec le milliardaire pendant trois heures avant et après son élection, a admis dimanche que M. Trump n’avait « probablement pas pensé que [leurs conversations] étaient des interviews ».

Il a également soutenu que de nombreux conseillers s’inquiétaient régulièrement d’une révocation — très peu probable — du président au titre du 25e amendement de la Constitution. Celui-ci prévoit en effet que le vice-président gouverne en cas d’incapacité du président à exercer les pouvoirs.

L’ambassadrice américaine aux Nations unies, Nikki Haley, a répondu sur ABC News que personne à la Maison-Blanche « ne met en doute la stabilité du président », fustigeant un livre écrit par quelqu’un qui « irait jusqu’à mentir pour avoir l’argent et la gloire ».

Sur Fox News, le directeur de la CIA, Mike Pompeo, a pour sa part assuré que « le président est impliqué, il comprend la complexité, il pose des questions difficiles à nos équipes de la CIA ». M. Trump, un « fervent consommateur » des comptes rendus de l’agence, est « tout à fait apte » à la fonction présidentielle, a-t-il ajouté.

8 commentaires
  • André Côté - Abonné 7 janvier 2018 12 h 09

    La seule vérité, la sienne...

    «Trump dénonce le «livre bidon».» Toujours la même approche: la négation et le discrédit sur les personnes en les affublants de termes peu flatteurs, mais il n'y va jamais d'arguments factuels. Quand une personne n'hésite pas à se qualifier lui-même de "génie" pour se défendre de ses fragilités, y'a un problème qu'il est seul à ne pas voir. La seule vérité à laquelle il adhère, c'est la sienne.

  • Rejean Lapointe - Inscrit 7 janvier 2018 13 h 12

    Trump ; Mon évaluation

    Politiques Extérieures ; 30%....Recherche la Déstabilisation du Moyen Orient & appui inconditionnel à son gendre Kuchtner..l'histoire d'Israël qui entretient l'haissement
    perpétuel des Islamistes. ...= Guerre au Moyen Orient.

    Économie ; 30%....Avantage que pour les riches =Baisse d'impôt que pour eux.Bris d'Obamacare...

    Éthique ; 0 %....Enquête dû à de possible collusion avec la Russie...l'aidant à se faire élire. De multiples possibilités de conflits d'intérêts...

    Contrôle de l'immigration ; 100% & plus. Justin Trudeau devrait s'y référé.

    Rejean Lapointe

  • Claude Poulin - Abonné 7 janvier 2018 15 h 03

    Le pire!

    Se peut-il qu'il se trouve encore, ici, des gens aveugles qui refusent de voir à quel point cette situation politique historique dépasse l'imagination. Et qui devrait faire craindre le pire si on analyse cette dérive dans sa persective internationale: soit le recul de la foi dans nos régimes représentatifs.

  • Gilles Bonin - Abonné 7 janvier 2018 18 h 01

    Que d'efforts de ses supporteurs

    à commencer par Bannon qui en tentant ses contorsions pour revenir sur ses dires - sans les démentir en plus. C'est pathétique et démontre que l'essentiel du livre reflète la vérité.

  • Colette Pagé - Inscrite 7 janvier 2018 19 h 15

    Pathétique !

    Se déclarer soi-même un génie est le prototype d'un grand malade qui s'ignore alors que ce Président est reconnu comme narcissique et menteur pathologique voire de crétin et de voyou.

    La honte de l'Amérique !