Pour sortir de sa bulle cette semaine: Action de grâce, Corée du Nord et Bill Clinton

Photo: iStock

Comment sortir de ses propres ornières politiques et médiatiques à l’ère des réseaux sociaux et des algorithmes qui s’adaptent à nos opinions ? Le Devoir vous propose trois textes pour sortir de votre bulle.

Au menu cette semaine : rendre grâce à Donald Trump ; la bonne approche du président américain face à la Corée du Nord ; et l'hypocrisie des démocrates américains concernant le passé de Bill Clinton.

Les textes choisis viennent de la presse américaine et sont donc en anglais.

Photo: Capture d'écran

Rendre grâce à Trump

C’est le long congé de l’Action de grâce aux États-Unis et quelques commentateurs conservateurs en profitent pour rappeler les raisons d’être reconnaissant envers le président américain. Ici, dans le Conservative Review, Chris Pandolfo est d’avis qu’à bien des égards, la première année de la présidence Trump a été décevante pour les conservateurs. Il dresse tout de même une liste de cinq promesses tenues (et un bonus !) qui méritent à son avis des remerciements.

Extrait : « The fact of the matter is, President Trump will sign pretty much whatever Republicans put on his desk. Yet week after week, far too many Republicans prove they are unwilling to act on the promises made to conservative voters during election season. »

Traduction libre : « Le fait est que le président Trump signera à peu près tout ce que les républicains mettront sur son bureau. Pourtant, semaine après semaine, beaucoup trop de républicains prouvent qu'ils ne sont pas disposés à donner suite aux promesses faites aux électeurs conservateurs pendant la campagne électorale. »

Lisez l’article: « 5 things you can thank Trump for »

Photo: Capture d'écran

Une approche exemplaire envers la Corée du Nord

Donald Trump a annoncé lundi dernier que les États-Unis ont inscrit à nouveau la Corée du Nord sur leur liste noire des « États soutenant le terrorisme ». Une décision qu’applaudit ici Helen Raleigh, collaboratrice de longue date au Federalist. Selon Raleigh, l’approche du président Trump envers la Corée du Nord, des nouvelles sanctions à l’augmentation de la pression sur la Chine, est exemplaire. Elle admet qu’il est trop tôt pour dire si ces politiques mettront fin aux ambitions nucléaires nord-coréennes, mais à son avis, le passé offre une leçon importante : la stratégie de l’apaisement expose le monde entier à un grave danger.

Extrait : « The world should wake up by now that North Korea’s human rights abuses are closely linked to its nuclear ambitions. A regime who cares so little for its own citizens’ welfare won’t give two bits about citizens from other countries, or hesitate to deploy weapons of mass destruction to induce maximum harm to humanity. »

Traduction libre : « Le monde devrait comprendre maintenant que les violations des droits de la personne en Corée du Nord sont étroitement liées à ses ambitions nucléaires. Un régime qui se soucie si peu du bien-être de ses propres citoyens n’aura aucune pitié pour les citoyens d'autres pays et n’hésitera pas à déployer des armes de destruction massive pour causer le maximum de dommages à l'humanité. »

Lisez l’article: « Why Trump Is Right To Re-Designate North Korea A State Sponsor Of Terror »

Photo: Capture d'écran

Hypocrites démocrates

La campagne de dénonciations des agressions sexuelles des dernières semaines a ramené à l’ordre du jour les commentaires du président Trump, dévoilés avant son élection, dans lesquels il semblait se vanter d'avoir lui-même commis des agressions de nature sexuelle. Et c’est tant mieux, affirme ici Margot Cleveland, une autre collaboratrice de longue date au Federalist. Mais ce n’est pas le sujet de son texte. Ici, elle s’en prend plutôt aux démocrates qui, lorsque dénoncer le « prédateur en série » et le « probable violeur » Bill Clinton aurait pu avoir un impact, ont préféré soutenir Hillary Clinton.

Extrait : « Democrats lost their moral credibility more than 20 years ago when, following his impeachment, they cheered on Bill Clinton and told America to Move On. »

Traduction libre : « Les démocrates ont perdu leur crédibilité morale il y a plus de 20 ans quand, à la suite de sa destitution, ils ont encouragé Bill Clinton et ont dit à l'Amérique de « passer à autre chose » [Move On, du nom de l’association politique créée en 1998 en réponse à la procédure d’impeachment contre le président Bill Clinton]. »

Lisez l’article: « Democrats Have Zero Credibility To Attack Trump After Hiding Bill Clinton’s Sexcapades »