Le gourou criminel américain Charles Manson meurt à 83 ans

Charles Manson
Photo: Handout / California Department of Corrections and Rehabilitation / Agence France-Presse Charles Manson

Charles Manson, le gourou psychopathe qui avait commandité une vague de meurtres aux États-Unis, est décédé à l’âge de 83 ans, ont annoncé dimanche soir des médias américains et des responsables de l’administration pénitentiaire de Californie.

Charles Manson, l’un des criminels les plus célèbres des États-Unis, avait dirigé dans la fin des années 1960 une secte responsable de meurtres sauvages dans les quartiers aisés de Los Angeles, dont celui de l’actrice Sharon Tate, épouse du cinéaste Roman Polanski, âgée de 26 ans et enceinte.

Ces meurtres avaient provoqué la panique dans la ville et choqué l’opinion à travers le monde. Le gourou de la « famille Manson », sa secte, avait été condamné à mort en 1971, une peine commuée en prison à vie.

Charles Manson « est mort de causes naturelles dimanche à 20 h 13 » dans un hôpital du comté de Kern, ont annoncé dans un bref communiqué les autorités pénitentiaires de Californie.

Photo: Archives Associated Press Le criminel Charles Manson en 1969

Debra Tate, la sœur de Sharon, avait auparavant déclaré au site spécialisé dans les célébrités TMZ avoir reçu un appel de responsables de la prison où il était détenu disant que Charles Manson, malade depuis longtemps, était mort dimanche soir.

TMZ avait rapporté en janvier que Charles Manson, souffrant de « lésions intestinales », avait été transféré de l’hôpital de la prison d’État de Corcoran dans un hôpital de Bakersfield, ville du comté de Kern, mais était dans un état trop faible pour être opéré.

8 commentaires
  • Pierre Mercier - Abonné 20 novembre 2017 04 h 42

    Bon débarras, M.Manson!

    Enfin, pas trop tôt!

  • M-c Plourde - Abonnée 20 novembre 2017 08 h 52

    Un gourou de la contre-culture

    Il faut avoir une cinquième année forte pour partager ce torchon bien mal traduit de l'anglais .Stop le partage allez fouiller plus loin Charles Manson est le gourou de la contre culture américaine:des groupes de rock ,des films etc.Lui a croupi en prison toute sa vie pour avoir tué Sharon Stone enceinte pendant que Polansky fait la vie de pacha en tant que pédéraste notoire.Cette article non signé AFP ne vaux pas de la " schnoutttttttttt"Demandez à votre Siri il doit en savoir plus...

    • M-c Plourde - Abonnée 21 novembre 2017 15 h 35

      L’autre tabloïd new-yorkais, le New York Post, titre “Le mal est mort” et ponctue de ce sous-titre : “Fais un peu de place, Satan, Charles Manson rejoint enfin l’enfer.” Le fait que j'avais 20 ans à cette époque que j'avais l’air et la chanson d'une hippie et prenait des buvards de LSD.Tous les hippies étaient diabolisés et traités comme de parasites, des "drop-out ".Ce mouvement anti-système précurseur d'un nouveau genre journalistique (la diabolisation est organisée volontairement, dans un but de désinformation,) exactement ce qu’ils voulaient voir – la face noire du mouvement de la jeunesse soixante-huitetarde qu’ils avaient contribué à inventer.”Manson un parasite qui a atterri au bon moment et a la bonne place pour pénétrer dans l'inconscient collectif des Baby Boomers.

  • Suzanne Tremblay - Abonnée 20 novembre 2017 10 h 53

    gourou de la contre-culture ?

    Je doute que Charles Manson ait été un gourou de la contre-culture, ce qu'il aurait aimé bien sûr suite à ses tentatives de se lier avec des gens du spectacles notamment avec un des frères Wilson du groupe "Les Beach Boys". Il a été un gourou pour les membres de sa famille qui l'ont suivi toutes ces années, mais ce furents les seuls à être influencés par lui. Les meurtres connus furent des meurtres sauvages sans aucune motivation autre que le désir de tuer. Quant à l'époux de Sharon Tate, il n'y a aucun lien à faire entre ces meurtres et sa propre vie. C'est un autre dossier complètement différent et le jugement que vous portez sur lui est probablement assez proche de la réalité.
    Quant à votre commentaire sur le texte de l'AFP, je ne vois pas pourquoi vous jugez que le texte est mal traduit. Ce texte ne gagnera sûrement pas de prix, mais , outre quelques petites erreurs, notamment de ponctuation, je ne vois pas le "torchon" que vous décrivez.

  • Diane Pelletier - Abonnée 20 novembre 2017 11 h 31

    Sharon Tate

    Polansky pédéraste notoire ? Hé ben dis donc !
    Sharon Stone ? Hé ben dis donc ! Tuée par Michael Douglas ?
    Demandez à votre Siri, il doit en savoir plus que vous.

    • M-c Plourde - Abonnée 21 novembre 2017 14 h 58

      Bon... je n'avais pas pris mon café et le clavier de mon iPad quand c'est des mots en anglais il est très reactif et déforme la réalité et invente n'importe quels mots.C'est la cause inconsciente des "fakes news" qu'on voit passer sous nos yeux éblouis par trop de "flash back " virtuels.
      J'adore les points d'interrogation par contre les exclamations me titillent...@+++

  • Jeanne M. Rodrigue - Abonnée 20 novembre 2017 12 h 01

    Du journalisme de faible qualité.


    Personnellement je ne vois pas la pertinence d’une telle «nouvelle» au Devoir, à moins de tomber dans le jaunisme.