Pour sortir de sa bulle: allégations d’agressions sexuelles contre l’aspirant sénateur républicain Roy Moore

Photo: iStock

Comment sortir de ses propres ornières politiques et médiatiques à l’ère des réseaux sociaux et des algorithmes qui s’adaptent à nos opinions? Le Devoir vous propose trois textes pour sortir de votre bulle.

Au menu cette semaine : trois regards conservateurs sur les réactions des conservateurs américains aux allégations d’agressions sexuelles contre le candidat républicain au poste de sénateur de l’Alabama, Roy Moore.

Les textes choisis viennent de la presse américaine et sont donc en anglais.

Photo: Capture d'écran

Terrible erreur

Le républicain Roy Moore pense peut-être qu’il n’a rien à perdre, écrit Jonathan Tobin dans le National Review, mais il en va autrement pour ceux qui ont choisi de l’appuyer malgré les allégations d’agressions sexuelles dont il fait l’objet. Selon Tobin, les alliés de Moore (au premier chef le média Breibart et son patron Steve Bannon) « commettent une terrible erreur en résistant inutilement à la nouvelle intolérance du public à l'égard des agressions sexuelles ». Dans le contexte actuel des dénonciations, leur entêtement pourrait, de l’avis de Tobin, saboter leur entreprise de renversement de l’establishment républicain.

Extrait : « Breitbart and Bannon are making a terrible mistake that will undermine everything else they’re trying to do. Whatever one thinks about the GOP civil war, Republicans must repudiate Moore. If the country is starting to think seriously about morality, that is something mainstream conservatives and insurgents alike should welcome rather than resist. »

Traduction libre : « Breitbart et Bannon commettent une terrible erreur qui va miner tout ce qu'ils essaient de faire. Quoi que l'on pense de la guerre civile au sein du GOP, les républicains doivent répudier Roy Moore. Si le pays commence à prendre au sérieux les questions morales, tous les conservateurs, ordinaires comme insurgés, devraient accueillir cela à bras ouverts. »

Lisez l’article: « Roy Moore Proves Outrage May Not Be Dead »

Photo: Capture d'écran

Le péril Moore

Même son de cloche chez Ron Radosh sur le site de PJ Media. Pour cet ancien marxiste devenu commentateur conservateur, Roy Moore n’aurait jamais dû être candidat républicain, en premier lieu. Pour s’en convaincre, dit-il, il suffit de jeter un coup d’oeil à sa feuille de route, dont il rappelle quelques épisodes jugés peu glorieux. Pour Radosh, si le Parti républicain prend le parti des Steve Bannon de ce monde plutôt que de s’aligner avec les caciques du parti qui appellent au retrait de la candidature de Moore, on peut s’attendre à voir d’autres candidats conservateurs périr dans les élections à venir.

Extrait : « If the GOP listens to Steve Bannon rather than to the senior Republicans in the Senate who are now coming out against Moore, including Ted Cruz, more candidates in eastern and swing states will face the fate of Ed Gillespie, and award the Democrats a boost they otherwise might not be able to obtain. »

Traduction libre : « Si le GOP écoute Steve Bannon plutôt que les élites républicaines au Sénat qui se prononcent contre Moore, y compris Ted Cruz, davantage de candidats dans les États de l’Est [des États-Unis] et dans les États pivots subiront le même sort qu’Ed Gillespie et donneront un coup de pouce aux démocrates qu’autrement ils ne seraient pas en mesure d'obtenir. »

Lisez l’article: « The GOP Prepares to Die, as the Alabama Republicans Stick by Judge Roy Moore »

Photo: Capture d'écran

Effets secondaires

Les conservateurs de l’Alabama ont appuyé Roy Moore parce qu'ils pensaient qu'il se battait pour eux, mais en fait, Moore n'a jamais été un authentique conservateur. C’est du moins l’avis de John Daniel Davidson, correspondant politique pour The Federalist. En quelque sorte aveuglés par leur envie de se venger de l’establishment républicain, écrit Davidson, les républicains de l’Alabama se sont tournés vers quelqu’un qu’ils n’ont pas bien cerné du premier coup. Après avoir dressé un portrait (peu flatteur) de Moore, Davidson conclut sur les effets secondaires qu’une telle affaire pourrait avoir sur le Parti républicain.

Extrait : « Much like the support Moore received earlier in his career, his supporters are sending the message that social conservatives are hypocrites: they don’t care about family values or morality or even basic decency, all they care about is power. Every time Republican voters embrace a non-conservative like Moore, that message gets harder to refute. »

Traduction libre : « Tout comme le soutien que Moore a reçu plus tôt dans sa carrière, ses partisans envoient le message que les conservateurs sociaux sont des hypocrites: ils ne se soucient pas des valeurs familiales ou morales, ou même de la décence élémentaire, tout ce qui les intéresse, c'est le pouvoir. Chaque fois que les électeurs républicains appuient un non-conservateur comme Moore, ce message devient plus difficile à réfuter. »

Lisez l’article: « Long Before Assault Allegations, Roy Moore Betrayed Conservatism »

1 commentaire
  • Georges Tissot - Abonné 18 novembre 2017 12 h 30

    Moore?

    S’il est poursuivi devant une cour, sera-t-elle de l’Alabama? Et si les conservateurs républicains de l’Alabama ou d’ailleurs l’appuient ne seront-ils pas — plus que des hypocrites — des menteurs? Faire croire que les humains sont dirigés par des valeurs, n’est-ce pas le comble? Selon eux, celles qui se plaignent sont toutes des menteuses qui sont motivées par le pouvoir ou l’argent ( entendu sur CNN qui interrogeait des partisans ).