Trump s'en prend de nouveau à la Corée du Nord

Le président des États-Unis, Donald Trump, a amorcé dimanche dernier son premier voyage officiel en Asie.
Photo: Shizuo Kambayashi / Pool / Agence France-Presse Le président des États-Unis, Donald Trump, a amorcé dimanche dernier son premier voyage officiel en Asie.

Tokyo — Le président des États-Unis Donald Trump a accentué la pression sur la Corée du Nord lundi, en refusant d’écarter une éventuelle intervention militaire et en prévenant que Washington « ne tolérera pas » que Pyongyang menace l’Amérique ou ses voisins asiatiques.

M. Trump a fait ces commentaires lors de sa première grande tournée de l’Asie. Il a ajouté que la Corée du Nord représente une « menace pour le monde civilisé » et exhorté le dictateur Kim Jong-un à renoncer à développer des armes comme les missiles qui ont récemment survolé le Japon.

M. Trump se trouvait à Tokyo, à portée des armes nord-coréennes, ce qui ne l’a pas empêché de déclarer que la Corée du Nord « menace la paix et la stabilité internationales ».

M. Trump était accompagné du premier ministre japonais Shinzo Abe, qui a lui aussi adopté un ton plus dur que ces prédécesseurs à l’endroit de Pyongyang. M. Abe a appuyé M. Trump quand celui-ci a dit que « toutes les options sur la table » face à la Corée du Nord, et il a imposé des sanctions à des dizaines de responsables nord-coréens.

M. Trump a aussi rencontré les proches de citoyens japonais kidnappés par Pyongyang et promis de s’affairer à réunir les disparus avec leurs familles.

Les questions commerciales ont toutefois jeté une ombre sur la rencontre entre les deux leaders, puisque M. Trump semble déterminé à réduire le déficit commercial de 70 milliards de dollars américains qu’accusent les États-Unis envers le Japon.

D'autres détails suivront.