Trump dans la tourmente après ses propos sur Charlottesville

Le président Donald Trump a refusé samedi de condamner explicitement les groupuscules dont est issu le militant néofasciste ayant projeté sa voiture contre des manifestants.
Photo: Jim Watson Agence France-Presse Le président Donald Trump a refusé samedi de condamner explicitement les groupuscules dont est issu le militant néofasciste ayant projeté sa voiture contre des manifestants.

Donald Trump était dans une position difficile mercredi après sa virulente sortie sur Charlottesville qui a suscité un profond malaise dans son camp politique comme dans le monde économique.

Fait rarissime, ses deux prédécesseurs républicains encore en vie, George H. W. Bush et son fils George W. Bush, ont diffusé un communiqué commun appelant l’Amérique à « toujours rejeter le racisme, l’antisémitisme et la haine sous toutes ses formes ». Sans citer le 45e président, les 41e et 43e présidentsinsistent sur la nécessité de garder à l’esprit les mots de Thomas Jefferson, principal auteur de la Déclaration d’indépendance : « Tous les hommes sont créés égaux. »

En renvoyant dos à dos les groupuscules suprémacistes blancs — dont un sympathisant a tué une jeune femme samedi à Charlottesville — et les manifestants antiracistes, Donald Trump a franchi un cap, un peu plus de 200 jours après sa prise de fonction.

Ses propos, livrés sur un ton acerbe et accusateur depuis la tour Trump et salués par un ancien leader du Ku Klux Klan pour leur « courage », ont laissé nombre d’élus sans voix.

Ils ont aussi donné l’impression très nette que c’est dans ce torrent de paroles que Donald Trump a dit ce qu’il pensait, plutôt que la veille lorsqu’il lisait sur téléprompteur, depuis la Maison-Blanche, un discours condamnant les « violences racistes ».

Signe clair d’embarras : les républicains ne se bousculaient pas sur les plateaux de télévision pour défendre l’ancien magnat de l’immobilier. Et les seules voix qui émergeaient étaient critiques.

« À Charlottesville, les torts sont de toute évidence du côté du KKK et des suprémacistes blancs », a tranché sur ABC Ronna Romney McDaniel, qui dirige le Parti républicain (RNC).

De son côté, le sénateur Lindsey Graham s’inquiétait ouvertement que « le parti de Lincoln offre un siège accueillant aux David Duke de ce monde ».

Point de presse improvisé et décousu

Lors d’une conférence de presse improvisée et décousue dans le hall de la tour Trump à Manhattan, Donald Trump a renvoyé dos-à-dos les membres de la droite suprémaciste et les manifestants venus les dénoncer.

Dénonçant « l’alt-left qui a attaqué l’alt-right[terme qui désigne la droite alternative] », il a aussi souligné, dans une formule qui a marqué les esprits, qu’il y avait des gens « très bien » des deux côtés. « Pourquoi sommes-nous surpris que le président, qui avait lancé sa campagne par des appels à l’intolérance, donne aujourd’hui des gages à ceux qui la prônent ? » s’interrogeait David Axelrod, ancien proche conseiller de Barack Obama.

Nombre d’observateurs rappellent que le magnat de l’immobilier a pendant des années alimenté une théorie du complot aux relents racistes sur le lieu de naissance de Barack Obama, avant de virer de bord vers la fin de la campagne.

Samedi, peu après les violences, il avait provoqué une première vague d’indignation en refusant de condamner explicitement les groupuscules dont est issu le militant néofasciste ayant projeté sa voiture contre des manifestants.

Mercredi, il a finalement tweeté un bref hommage à la victime Heather Heyer, « une jeune femme vraiment spéciale », pendant la cérémonie funéraire.

Le tweet d’Obama plébiscité

Son prédécesseur démocrate, Barack Obama, avait réagi sur Twitter en citant une phrase de Nelson Mandela : « Personne ne naît en haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau ou de ses origines, ou de sa religion. »

Ce tweet est devenu le plus « aimé » de l’histoire du réseau social, a indiqué Twitter mercredi.

Dans son éditorial, le New York Times déplorait le comportement de M. Trump, devenu « malheureusement non surprenant ».

Soulignant les espoirs qui avaient été placés par nombre d’élus dans la nomination récente de John Kelly, un ancien général des Marines, au poste de secrétaire général de la Maison-Blanche, le quotidien ajoutait : « Le coeur du problème n’est pas lié à la composition de l’équipe présidentielle : il est lié à l’homme qui est au sommet. »

Depuis Saint-Louis dans le Missouri, où il fait un éphémère retour à la compétition, le légendaire joueur d’échecs russe Garry Kasparov a fait entendre sa voix, insistant sur la nécessité pour l’Amérique de « combattre la haine et de rester libre ».

Le guide suprême iranien, Ali Khamenei, a, lui, ironisé sur Twitter sur les priorités des États-Unis, conseillant à la première puissance mondiale de « s’attaquer aux adeptes de la suprématie blanche plutôt que de se mêler des affaires d’autres nations ».

Nétanyahou dénonce le néonazisme

Jérusalem — Le premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou, est sorti mardi de trois jours de réserve sur les événements de Charlottesville pour dénoncer « les expressions d’antisémitisme, de néonazisme et de racisme ».

Le temps mis par M. Nétanyahou, habituellement prompt à dénoncer les manifestations de haine antisémites, a fait froncer les sourcils à certains commentateurs s’interrogeant quant à un alignement du premier ministre sur le président américain, Donald Trump.

« Scandalisé par les expressions d’antisémitisme, de néo-nazisme et de racisme. Chacun doit faire barrage à cette haine », a tweeté M. Nétanyahou mardi.
Agence France-Presse
5 commentaires
  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 16 août 2017 17 h 10

    Je doute fortement

    qu'il puisse faire 4 ans....

  • Colette Pagé - Abonnée 16 août 2017 17 h 50

    Inapte à exercer la fonction !

    Plus le temps passe et plus ce Président atypique est devenu inapte à exercer sa fonction. À preuve le nombre de conseillers qui quitte le navire en dénonçant ce grossier personnage devenu la honte de l'Amérique.

    Ingérable pour son personnel cet addic des tweets vengeurs est devenu celui qu'aucun chef d'État respectable ne souhaite accueillir dans son pays et que celui qui l'a reçu comme le Président Macron en paie le prix dans les sondages.

  • Maryse Veilleux - Abonnée 16 août 2017 20 h 51

    !!!!! Incroyable...

    Je n'aurais jamais pensé m'ennuyer de Georges Bush....

    • Jacinthe Lafrenaye - Inscrite 17 août 2017 09 h 38

      Georges W Bush devrait avoir la décense de se taire, lui qui a mis l'Irak à feu et à sang sous le faux prétexte qu'il y avait là des armes de destruction massive.

      Trump n'a encore entamé aucune guerre.

  • Gilles Bonin - Abonné 17 août 2017 07 h 01

    À propos de servir un Trump

    Par ses errances et ses vulgarités; par ses propos fleurant le racisme et relevant du crypto-fascisme; par sa paresse et son ignorance, Trump s'est montré inapte à la présidence américaine. Il tombe; mais jusqu'où les républicains et son entourage tiendront-ils devant cette catastrophe? Combien de temps avant qu'ils me perdent tout honneur à «servir» un improbable et dangereux affabulateur narcissique qui n'a jamais été marqué quà l'aune du mensonge et de la fraude? Avant de passer pour son complice?