Victoire à l’arraché de Trump contre Obamacare

Donald Trump a lancé une campagne de charme auprès des sénateurs républicains la semaine dernière, mêlée à des menaces de représailles à peine voilées.
Photo: Yuri Gripas Agence France-Presse Donald Trump a lancé une campagne de charme auprès des sénateurs républicains la semaine dernière, mêlée à des menaces de représailles à peine voilées.

Soumis à une pression exceptionnelle de Donald Trump, les sénateurs américains ont finalement voté mardi pour l’ouverture du débat sur l’abrogation de la réforme du système de santé de Barack Obama. Mais le pari est loin d’être gagné.

Le Sénat, à majorité républicaine, a voté de justesse pour une simple motion de procédure qui autorise 20 heures de discussions dans l’hémicycle et de nombreux votes sur des amendements.

C’est néanmoins une victoire d’étape éclatante pour le président américain, qui avait sommé les sénateurs de son camp de taire leurs différences et d’avancer sur cette réforme enlisée depuis des mois.

« Je salue le Sénat pour avoir fait un pas de géant vers la fin du cauchemar Obamacare, a déclaré Donald Trump. Je suis persuadé que désormais, dans une semaine ou deux, nous allons présenter un plan qui va être vraiment, vraiment merveilleux pour le peuple américain », a promis une nouvelle fois le président lors d’une conférence de presse à la Maison-Blanche.

La majorité avait jeté l’éponge la semaine dernière devant ses dissensions internes. Donald Trump avait alors lancé une campagne de charme, mêlée à des menaces de représailles à peine voilées, afin de dissuader les sénateurs de son camp de faire défection.

Pence à la rescousse, McCain critique

À l’heure du vote, sur les 52 sénateurs républicains, seulement deux ont osé dire non : Susan Collins (Maine) et Lisa Murkowski (Alaska). Le vote final est de 51 voix contre 50, le vice-président Mike Pence ayant apporté la 51e voix, comme la Constitution permet au président du Sénat de le faire en cas d’égalité.

Illustration de la fragilité du vote, le sénateur John McCain, revenu exprès de l’Arizona, où il est traité pour un cancer du cerveau, a voté oui, mais a prévenu qu’il votera non au moment du vote final si le texte définitif n’est pas satisfaisant.

Il a en passant dénoncé la stratégie du chef de groupe consistant à « nous persuader d’avaler nos doutes et de passer en force contre l’opposition. Je ne pense pas que celamarchera, et c’est probablement mieux ainsi ».

Ovationné par ses collègues, souriant et fringant comme avant son opération, il a plaisanté en disant qu’il revenait ici toutefois « un peu abîmé ». Une cicatrice au-dessus de son oeil gauche révèle la craniectomie grâce à laquelle ses médecins lui ont retiré des tissus cancéreux il y a une dizaine de jours.

Quadrature du cercle

Peu auparavant, une vingtaine de personnes présentes dans les galeries du public du Sénat ont tenté d’interrompre le vote, scandant « Tuez la proposition de loi, pas nous ! » ou « Honte ! » avant d’être expulsées par les policiers du Capitole.

La plupart des républicains modérés rebelles ont accepté de laisser le débat commencer. C’est notamment le cas de Shelley Moore Capito, qui représente l’un des États les plus pauvres des États-Unis, la Virginie occidentale, et qui avait prévenu la semaine dernière qu’elle n’avait pas été élue « pour faire du mal aux gens ». Elle a justifié son revirement en disant qu’elle continuera à « se battre pour des politiques qui font baisser le prix des soins ».

La séquence qui s’ouvre consistera à faire des concessions aux uns et aux autres afin de faire le plein de voix.

C’est la quadrature du cercle entre les conservateurs qui poussent pour une abrogation sèche d’Obamacare et les modérés qui refusent de sabrer le budget de la santé. Ces derniers veulent préserver au maximum les financements de Medicaid, la couverture publique qui assure les Américains les plus pauvres.

Pour John Boehner, ancien président républicain de la Chambre des représentants, rien ne comblera le fossé qui existe parmi les républicains. « Ils n’abrogeront pas et ne remplaceront pas Obamacare », a-t-il lâché récemment. Selon lui, seuls quelques éléments de la réforme pourront in fine être annulés.

L’opposition démocrate, elle, se méfie des « ruses » de la majorité. Elle craint que, par des manoeuvres parlementaires, l’abrogation soit arrachée au forceps. Verdict dans quelques jours.

À voir en vidéo