Pousser la Chine à sanctionner la Corée du Nord

L'ambassadrice américaine aux Nations unies, Nikki Haley
Photo: Jewel Samad Agence France-Presse L'ambassadrice américaine aux Nations unies, Nikki Haley

New York — Les États-Unis veulent accentuer leur pression sur la Chine afin qu’elle mette en place des sanctions supplémentaires contre la Corée du Nord en réponse à la poursuite de son programme nucléaire, a indiqué dimanche l’ambassadrice américaine auprès des Nations unies, Nikki Haley.

« Nous allons nous battre durement là-dessus, a-t-elle affirmé lors d’un entretien à la chaîne CBS. Nous allons mettre la pression, pas seulement sur la Corée du Nord, [mais aussi] sur les pays qui ne respectent pas les résolutions [des Nations unies] et n’appliquent pas les sanctions contre la Corée du Nord. »

Parmi eux, la Chine, « parce que 90 % des échanges nord-coréens se font avec la Chine et, même s’ils ont collaboré, ils doivent faire davantage », a déclaré l’ancienne gouverneure de Caroline du Sud.

La crise liée au programme nucléaire nord-coréen s’est accrue avec le premier test de missile balistique intercontinental (ICBM) par Pyongyang, le 4 juillet.

Ce succès technologique rapproche le régime reclus de la réalisation de son objectif, qui est d’être en mesure de menacer le territoire continental américain du feu nucléaire.

Les autorités chinoises « ont agi sur ce que nous leur avons demandé », a reconnu Nikki Haley, notamment en suspendant les importations de charbon nord-coréen, mais « aujourd’hui, nous devons dire : “OK, ce n’est manifestement pas suffisant” ».

Lors d’un autre entretien, sur la chaîne d’information CNN, elle a assuré qu’en cas de statu quo, « il y aura une réponse » de la part des États-Unis. « Le président Trump a clairement indiqué qu’il réfléchirait alors aux relations commerciales avec la Chine », a-t-elle précisé.

Nikki Haley a indiqué jeudi que les États-Unis présenteraient dans les prochains jours une résolution sur la Corée du Nord devant le Conseil de sécurité.

« La réponse des autres pays sera révélatrice », a-t-elle souligné sur CBS. « Soit ils veulent tenir la main de Kim Jong-un, soit ils veulent être du côté de tant de pays qui savent que cette personne est dangereuse. »